AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 i wanna be your dog. ( finie. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

________________________
Sean C. Harrett

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 42
â g e : 29
t o u r : air
t o t e m : busard
a n n é e : sixième année
a r r i v é e : 26/05/2009

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: i wanna be your dog. ( finie. )   Jeu 26 Aoû - 21:03

sean connor harrett
Ses baisers laissaient à désirer... son corps tout entier.


feat louis prades


Identité.


nom : Harrett
prénom(s) : Sean Connor
âge : vingt et un ans.
date de naissance : six janvier mille neuf cent quatre-vingt neuf.
signe astrologique : capricorne.
sexe : masculin.
nationalité : britannique.
lieu de naissance : au sud de Glasgow, en Ecosse.
sexualité : bisexuel.
autre(s) :


Bewitching.


tour : air.
année : sixième année.
animal totem : busard.
nom du totem : Cloudisor-Viati
autre(s) :



J'ai bien envie de vous raconter ma vie.


mon petit prénom : camille, à ne pas réduire ma caca, pensez plutôt à mimi, ou millie, ou que sais-je ! quoique caca ça peut affectif ...
mon petit âge : seize ans, et toutes mes dents, merci mon dieu !
sur mon avatar, c'est : louis prades.
voilà comment j'ai découvert le forum : oh il y a fort longtemps, par un temps radieux ( à vrai dire je ne sais plus ) bewi' m'est apparu ! ( en bref : je m'en rappelle plus, mais ça devait être extraordinaire, bien entendu )
tant qu'à faire, j'vous dis ce que j'en pense : je vous aime ♥ ( oui, je pense comme ça, c'est pas très profond comme pensée, mais que voulez-vous ! )
et voici la preuve que j'ai bien lu les règles : Validation effectuée.
autre(s) : que dire d'autre à part que je suis contente d'avoir toujours espéré secrètement que bewi' reviendrait. (a)



Dernière édition par Sean C. Harrett le Mar 31 Aoû - 21:26, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Sean C. Harrett

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 42
â g e : 29
t o u r : air
t o t e m : busard
a n n é e : sixième année
a r r i v é e : 26/05/2009

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Jeu 26 Aoû - 21:03

Que la fête commence.



CHAPITRE UN.
Si je regarde par la fenêtre je verrai la pluie, si je regarde à l’intérieur j’y verrai le vide, si je regarde en moi j’y verrai le deuil. Mais où dois-je donc regardé, dis-moi ? N’avez-vous jamais remarqué que c’est par temps de pluie qu’on vous annonce toujours des mauvaises nouvelles ? Cela semble être une loi dans ce bas monde. Pourtant je ne détestais pas la pluie, avant, j’aimais regarder les gouttes tombées sur la fenêtre, leur sillage sans fin sur la vitre, et puis la lumière qui en jaillissait quand le soleil se montrait à nouveau derrière les nuages. Je pouvais rester admiratif devant ce spectacle pendant des heures, je ne m’en lassais pas. Et ce fut durant un de ces spectacles de la nature que vint me rejoindre ma grand-mère, son fin mouchoir sur la bouche, pour étouffer ses sanglots. A six ans, nous avons encore cette innocence de l’âme, celle qui vous pousse à sourire aux gens malheureux sans se poser réellement la question primordiale : « mais qu’est-ce qu’il lui arrive pour qu’elle pleure ? ». Alors je lui souriais de toutes mes dents, m’attendant à ce qu’elle me sourit en retour, ce qui ne fut pas le cas. Comme on pouvait s’y attendre, ses larmes doublèrent, me figeant sur place, stupéfait de voir tant de malheur secoué le corps de cette femme. Les sourcils froncés, je posai ma main sur son bras. Pas de réaction, si ce n’est un sanglot qu’on essaye d’étouffer du mieux qu’on peut, comme lorsqu’on veut reprendre son calme pour parler. « Dis Mamie, pourquoi tu pleures ? »

J’étais dans mon lit, fraîchement bordé par mon aïeule qui s’en était allée à petits pas comme pour ne pas briser mon mutisme, présent depuis son annonce, sa terrible nouvelle. Je ne réalisais pas encore, sentant toujours autour de moi le parfum de ma mère et entendant sans fin la voix grave de mon père. Des souvenirs si précis, si présents, qu’il m’était tout simplement impossible de comprendre qu’ils seraient désormais absents à jamais. Dans ma candeur enfantine, je croyais même, comme un dernier espoir, qu’ils reviendraient, le sourire aux lèvres, en nous disant que ce n’était qu’une vaste blague. Les ombres étaient plus effrayantes que d’habitude, et la pluie qui battait la vitre et le toit emplissait la maison d’un son funèbre. Je fermais les yeux, bercé par une comptine que me chantait maman il y avait encore quelques jours. Oui, elle reviendrait, bien sûr qu’elle reviendrait, il ne pouvait en être autrement. Alors je m’endormais, rassuré. Mais le lendemain, ils n’étaient toujours pas revenus et les cernes bleuâtres de grand-mère montraient sa peine plus que n’importe quel sanglot. Je passais ma journée à la fenêtre à regarder la rue, toujours vide de leur présence. « Mamie, ils ne reviendront vraiment plus ? Plus jamais ? » Cette réalité commençait doucement à se faire une place dans mon esprit. J’étais bien obligé de constater que leur absence n’était pas normal, eux qui devaient déjà rentrer la veille.

Les jours qui suivirent furent vides. C’était le néant. Dans ses yeux fatigués d’avoir perdu trop d’êtres chers. Dans la petite maison de cette vieille femme. Dans mon esprit. Il fallut attendre une semaine pour que je comprenne réellement ce qui était arrivé, que la mort était irréversible, qu’elle générait le manque et la douleur, qu’elle ne laissait pas d’espoir. « Arrête de pleurer Sean, je t’en prie, lala, je suis là. » J’essayai de pleurer en silence, ne voulant pas attrister ma grand-mère, aussi bouleversée que moi et pourtant si courageuse, mais elle était toujours là, à me tenir ma main, à me sourire, à me combler de sa présence chaleureuse. Déjà solitaire de nature, je me renfermai un peu plus sur moi-même, sous le regard aussi triste que tendre de ma grand-mère.


• • •

Je venais d’avoir mes huit ans et dans la petite maison la délicieuse odeur d’un gâteau au chocolat embaumait chaque pièce. Animé par une joie toute candide, je me précipitais dans la cuisine pour découvrir ma grand-mère tenant un plat de ses mains ridées. Un immense sourire étirait ses lèvres fines, heureuse sans doute de voir mon excitation. Je me léchais déjà les babines face à ce met qui promettait d’être des plus exquis. Ma grand-mère, j’en étais persuadé, faisait les meilleurs fondants au chocolat du monde. Elle installa la petite table qui se trouvait dans le salon, et j’étais déjà assis attendant qu’elle me dise de commencer avec impatience. Quand elle le fit, j’attaquais avec allégresse la grosse part qui trônait dans mon assiette. Un pur délice ! Mais le sourire lumineux de ma chère parente annonçait une autre chose plus sublime que le ravissement de mes papilles. Je n’avais pas souvent de cadeaux, bien que je fusse toujours comblé par sa présence, sa chaleur, et ses petits soins. Pourquoi ? Et bien l’argent manquait tout simplement, même si du haut de mes huit ans, je n’en avais pas connaissance, puisque finalement je ne manquais de rien. Un gâteau pour mon anniversaire me suffisait amplement, surtout quand ils étaient aussi délicieux. Mais peut-être que ce jour serait une exception.

Et en effet, lorsque j’eus enfin fini mon assiette, les yeux pétillant de ma grand-mère me promettait mille et un bonheurs. Pourtant, je faisais tout mon possible pour rester sagement sur mon siège, battant tout de même de plus en plus vite des jambes, m’efforçant de rester patient. « Sean, j’ai un cadeau pour toi. » Je regardai ma grand-mère comme si tout d’un coup elle était devenue un ange, l’incarnation d’une divinité quelconque mais merveilleuse. Elle me tendit la main que je pris avec précipitation sous son rire clair malgré son âge, et elle m’emmena devant un meuble recouvert d’un drap. Curieux, comme tous les enfants le sont face à un cadeau, je me grattais le haut du crâne avant d’oser retirer le drap. Et ce que je vis me soutira un cri de surprise joyeuse. Un piano droit, en bois, vieux à en juger la couleur jaunâtre des touches et les rayures présentes, mais cela importait peu, ce que j’avais devant mes yeux était tout bonnement magnifique. Je laissais courir mon doigt sur le clavier appréciant le son que j’en soutirai, un sourire ravi sur les lèvres. « Mamie, merci. » Je bondissais dans ses bras, voulant montrer toute ma reconnaissance. Je ne savais comment elle l’avait trouvé, si on le lui avait donné, ou si elle s’était privée depuis longtemps pour me faire un pareil présent, à vrai dire, je ne me posais pas la question.

Pendant toute la soirée, je jouais, m’entraînais, m’arrêtant très rarement. J’avais appris à jouer au piano chez une amie à ma grand-mère qui offrait gracieusement ses leçons au petit fils orphelin que j’étais. Ma grand-mère vaquait à ses tâches ménagères tout en chantonnant gaiement les comptines que je jouais sur le vieil instrument. Un magnifique anniversaire, qui resterait gravé dans ma mémoire. Après tout, je n’avais besoin de rien d’autre que la compagnie de ma grand-mère, du piano et de mon ventre plein.






CHAPITRE DEUX.
Ta présence me plait malgré ma solitude, car au fond, nous ne sommes qu’un, cela a quelque chose de réconfortant. Être deux dans la solitude. Un livre posé sur mes genoux, un crayon dans une main, je lisais en même temps de dessiner ce qui me venait à l’esprit au fil de ma lecture. Les pages étaient déjà noircies de mes coups de crayon. C’étaient des petits dessins, n’étant pas expert en la matière, atrocement bâclés mais sortant tout droit de mes impressions face aux mots qui s’étalaient à ma vue. Puis soudain, un rire. Je regardai autour de moi, lâchant mon crayon par la même occasion. Devenais-je fou ? Il n’y avait naturellement personne dans la pièce, j’étais sur le fauteuil le plus confortable, les reposant sur l’accoudoir. Ma grand-mère était partie seule faire des courses et voir une amie, tandis que je lisais tranquillement. Personne, donc, ne devait être ici à part moi. Mais apparemment je me trompais, puisqu’un deuxième rire se fit entendre dans le silence. « Moi qui pensais partager mon âme avec une personne intelligente, je suis bien déçu. » Qu’est ce que l’intelligence avait à voir avec le fait que je ne voyais pas mon interlocuteur ? Aucune importance, le plus important était de comprendre qui me parlait, comment et pourquoi. « Oh tant de questions ! Dans quel ordre y répondre ? J’imagine que donner mon identité serait déjà un bon commencement. Je m’appelle Cloudisor-Viati, ton totem. » Mon quoi ? Et puis ce nom trop long semblait correspondre tout à fait à ce « totem », aussi prétentieux que lui. Mais son orgueil me faisait plus sourire que grincer. « Oui totem … Ah ça risque d’être dure à avaler pour toi, c’est bien au-delà de ton intelligence mon petit, mais faudra que tu t’y fasses. » Je fronçais les sourcils, peu content qu’il mette en doute mon intelligence. Malgré le fait que je sois assez modeste, cela n’avait rien d’agréable.


Je reprenais ma lecture, ayant compris qu’il lisait dans mes pensées, je préférais ne plus songer à lui, Cloudisor-Viati totem ou pas, je n’avais pas besoin de lui, préférant ma solitude que sa voix dans ma tête. « Ne fais pas l’idiot Sean ! Écoute-moi. » C’était tentant, je l’avoue, mais j’avais peur que ce ne fut que le fruit de mon imagination, me persuadant que j’étais fatigué, voilà tout. Mais il insistait, me sommant de l’écouter, de plus en plus agressif et grossier. « Ca suffit, je vais t’écouter, de toute façon, tu m’empêches de lire là. Alors vas-y, j’attends. » A quinze ans, il est rare d’être très patient surtout quand on vous énerve. Se taisant pendant quelque seconde, mon totem semblait chercher les bons mots pour tout m’expliquer clairement. J’en profitais pour écrire sur le bas de la page quelques mots poétiques, décrivant mon état du moment. « Tu es un Gardien. Nan, attends avant de poser des questions, je n’ai pas fini. Comme dit avant, je suis ton Totem. Et tu n’as pas le choix Sean, dis-toi que ce n’est pas une malédiction, loin de là, c’est même un honneur. Tu es en quelque sorte un … élu. » Soudainement intéressé par ses dires, je lui laissais la possibilité de tout me raconter. Alors ainsi j’étais voué à protéger un Elément, à rentrer dans une école pour apprendre à devenir une Gardien. Et plus le temps passait, plus Cloud – le petit nom que je lui donnais, car son vrai nom était beaucoup trop long et vaniteux – et moi ne faisions qu’un. J’étais lui, autant qu’il était moi. « Tu vois tête de mule, tu as bien fait de m’écoute jusqu’au bout ! » Fier de lui, il me laissait maintenant en paix, mais je sentais toujours sa présence. Ne pouvant plus lire après tant de révélation, je prenais le carnet qui se trouvait au pied du fauteuil et commençait à écrire.





Dernière édition par Sean C. Harrett le Mar 31 Aoû - 13:42, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Sean C. Harrett

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 42
â g e : 29
t o u r : air
t o t e m : busard
a n n é e : sixième année
a r r i v é e : 26/05/2009

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Jeu 26 Aoû - 21:03



CHAPITRE TROIS
Grandir c’est un peu comme se perdre, se pervertir peu à peu, devenir un peu plus sombre chaque jour, entre les bras du temps. C’était un matin comme un autre dans le dortoir. Respirant à plein poumon, je me levais essayant de faire le moins de bruit possible pour ne pas déranger mes camarades. J’étais déterminé à finir mon devoir que j’avais laissé en plan la veille. Cela m’avait travaillé toute la nuit, détestant ne pas finir un travail déjà commencé. Certes, ce devoir était à rendre dans une semaine, mais cela ne m’avait pas empêché de m’y mettre et de vouloir le finir au plus vite. Je m’habillais rapidement pour aller au plus vite dans la cour centrale de l’école, mes affaires sous le bras. J’aimais particulièrement travailler dehors, loin de la bibliothèque. Cela renforçait l’instant de plénitude que me créait le travail acharné. Je ne voyais pas le temps passé, mon stylo courant sur la feuille sans relâche, quand soudain une main se posa sur mon épaule. Je levai les yeux pour découvrir Sophie, ma … petite amie. Je soupirai déjà, sachant ce qui m’attendait, ou plutôt … ce qu’il l’attendait. Elle n’en savait rien, mais ce qu’il allait suivre n’allait pas lui plaire. « Oh Sophie, je suis content que tu sois là, il faut que je te parle. » Je la sentis qui se contracter imperceptiblement. Pas un mot doux, un baiser, rien. Je n’étais pourtant pas froid, juste courtois. Et un petit ami, par définition, n’est pas « juste courtois ». « Sophie, je pense qu’il faut que ça s’arrête là, nous deux. » Je me trouvais laid de lui dire ça, mais je me devais d’être franc avec elle. Elle avait trop fermé les yeux sur mon infidélité, et je ne pouvais plus lui faire endurer ça.

La jeune élève de la Tour Eau en tremblait encore alors que du coin de l’œil je voyais Ezeckiel passait. Me mordant la lèvre, j’hésitais à la laisser planter là, frémissante, au bord des larmes, ou restais près d’elle et ne pas avoir l’occasion de passer du temps avec mon meilleur ami. Je fermai les yeux quelques secondes, et je me décidai enfin. Je me devais de rester là, près d’elle, encore un peu. « Je t’en prie, Sophie, ne pleure pas. Tu le savais, nan, que ça allait finir comme ça. Sophie … » Je n’étais pas un tyran et je m’en voulais de lui faire tant de mal, car je venais de comprendre en voyant l’incarnation de l’air passer que je n’étais pas sorti avec cette fille pour de bonnes raisons. Je l’avais purement et simplement manipulé. C’était ridicule et cruel. Ne supportant plus son visage totalement dévasté, je me levais, passais une dernière fois une main dans ses cheveux et je rentrai à l’intérieur. « Alors, bourreau des cœurs, on a encore frappé ? » Je me retournai, un sourire ornant déjà mes lèvres. « Que veux-tu … » Seulement, j’étais las déjà de parler de Sophie, ça ne m’amusait pas beaucoup. Elle dut le sentir car elle changea tout de suite de sujet, vive d’esprit qu’elle était. « Et bien c’est étonnant de ne pas te voir avec ton Ezeckiel … » Mon sourire se fit soudainement plus accentué, plus mutin même, et je ne répliquais pas, laissant flotter une aura mystérieuse, ou plutôt un gros sous-entendu. Je lui fis un clin d’œil avant de me retourner pour marcher tranquillement dans les couloirs vers le petit déjeuner qui m’attendait au réfectoire.

Une fois arrivé dans le temple de la nourriture – je n’étais pas gourmand, mais un ventre vide reste un ventre à contenter – j’y retrouvais Ezeckiel, mangeant en silence, comme la plupart des élèves de notre tour. Je m’asseyais à ses côtés, et en profitais pour effleurer son bras en faisant comme si je ne l’avais pas fait exprès. Je commençais à manger, tout en songeant à la place qu’avait cet homme dans ma vie. Mon premier véritable ami dans ma solitude. « Et ton premier amour impossible. » Cloud, toujours là pour mettre son grain de sel … Oui, j’éprouvais pour lui plus que de la simple attirance. Certes, j’essayais clairement de le mettre dans mon lit, et je ne m’en cachais pas, mais au fond, je souhaitais tellement plus … Mon côté poète sûrement qui ressortait, s’inventant des amours non réciproques à tour de bras pour contenter sa soif de souffrance. « Ose dire que tu n’aimes pas ça. » Cloud avait raison – comme toujours – j’adorais tenter Ezeckiel, j’adorais l’aimer secrètement. Enfin, je ne m’avouais pas l’aimer, tout du moins pas dans ces termes. Je l’appréciais fortement, plus qu’un simple ami ou même meilleur ami. Pour le solitaire que j’étais, c’était déjà bien comme constatation. Et puis, cela ne m’empêchait pas de me faire plaisir avec d’autres … Femme ou homme, peu m’importait, les jeux de séduction me plaisant de plus en plus … Une sorte de perversion ? Peut-être. Est-ce à cause du Feu ? Nous verrons bien ce qu’ils feront …




Dernière édition par Sean C. Harrett le Mar 31 Aoû - 21:25, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Invité

Invité
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Jeu 26 Aoû - 22:10

ReBienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

________________________
Ezeckiel L. Sullivann

Incarnation Air
je maîtrise l'attaque tornade.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 160
â g e : 27
t o u r : ##
t o t e m : ###
a n n é e : Sixième
a r r i v é e : 24/04/2009

i d e n t i t é
a b s o l u : Unknow ..
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
15/500  (15/500)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Ven 27 Aoû - 4:17

    MY BEST FUCK FRIEND *0*

    Rebienvenue parmi nous (Oo' Tu jouais qui avant ?)

    Bon courage pour ta fiche et n'hésite pas à venir me MPotter pour avoir des renseignement ou des réponses à tes questions. Nos deux perso étant très proches Wink

    HUGS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
T. Atahana Hopkins

Incarnation Terre
je maîtrise l'attaque siffl'herbe.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 1380
â g e : 28
t o u r : Terre.
t o t e m : Le Cerf.
a n n é e : Sixième.
a r r i v é e : 05/02/2009

i d e n t i t é
a b s o l u : Qui sait ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
15/500  (15/500)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Ven 27 Aoû - 9:18

Elle jouait Daisy ♥. En tout cas rebienvenue parmi nous (et comme je m'appelle Camille aussi... (a) J'pense que j'avais du te faire de la pub' sur MSN à l'époque où Faust existait encore). Bon courage pour la suite de ta fiche, dear, si tu as des questions n'hésite pas.
_________________

    THE SHOW MUST GO ON.
    Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking, but my smile still stays on. Whatever happens I'll leave it all to chance, another heartache, another failed romance, on and on, does anybody know what we are living for ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bewitching.jdrforum.com/

avatar

________________________
Sean C. Harrett

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 42
â g e : 29
t o u r : air
t o t e m : busard
a n n é e : sixième année
a r r i v é e : 26/05/2009

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Mar 31 Aoû - 21:27

    j'ai fini ma présentation !
    Ezeckiel, j'ai tout fait pour ne pas à avoir à te poser des questions, j'ai fait dans le flou XD
    mais j'espère que ça suffit pour expliquer le tout ♥️ bon, je ne parle pas beaucoup de la Tentation du Feu, mais j'espère que ça suffit *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
T. Atahana Hopkins

Incarnation Terre
je maîtrise l'attaque siffl'herbe.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 1380
â g e : 28
t o u r : Terre.
t o t e m : Le Cerf.
a n n é e : Sixième.
a r r i v é e : 05/02/2009

i d e n t i t é
a b s o l u : Qui sait ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
15/500  (15/500)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Mer 1 Sep - 10:57

Seaaan ♥. Waw, quelle superbe fiche ! J'adore la mise en page, et ton écriture est aussi belle que dans mes souvenirs, j'ai adoré lire ta fiche et je me suis même dit "Oh, pourquoi y'en a pas encore ?" Bref, j'ai vraiment adoré. J'aurai bien aimé laisser Eze' te valider mais il joue un peu le fantôme avec son déménagement, donc je vais m'en charger. Espérons que Lune sera de mon avis sur ta fiche, je pense que le personnage de Sean te colle à la peau :O. Je te valide donc avec un grand plaisir, bon retour parmi nous homonyme ♥.
_________________

    THE SHOW MUST GO ON.
    Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking, but my smile still stays on. Whatever happens I'll leave it all to chance, another heartache, another failed romance, on and on, does anybody know what we are living for ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bewitching.jdrforum.com/


________________________
Invité

Invité
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Mer 1 Sep - 11:51

"Why ?
Sa fiche ne te va pas ? ._.

j'voudrais commenter
Je l'ai trouvé bien pourtant. Attends j'ouvre.
Voilà !
"

Si j'ai fait réouvrir ton sujet ce n'est pas pour rien. Je voulais te dire que je suis content.
Que ce soit toi qui aies repris mon Sean. Même si j'aurais du mal à me dire que ce n'est plus vraiment "le mien". Smile
Non ta fiche est vraiment très belle ♥️ d'une très grande justesse.
Je ne tenterais pas de juger si tu as plus ou moins compris le personnage que je ne l'avais fait. Je crois que ton interprétation est différente, mais aussi belle.
Amuse toi avec mon trésor, je te surveille et je veux absolument un lien.

C'était divin merci ♥️
Revenir en haut Aller en bas

avatar

________________________
Sean C. Harrett

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 42
â g e : 29
t o u r : air
t o t e m : busard
a n n é e : sixième année
a r r i v é e : 26/05/2009

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   Mer 1 Sep - 12:20

    merci mille fois, c'est vraiment très gentil ♥
    merci Camille de m'avoir validé.
    Lune, j'avais vraiment peur que ça ne te convienne pas, vois-tu, j'avais peur de prendre le personnage que tu avais aimé jouer de travers, et là je suis vraiment contente de ce que tu dis, et soulagée aussi ♥
    merci merci ! et pour le lien, je le veux tout autant ! *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Contenu sponsorisé


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: i wanna be your dog. ( finie. )   

Revenir en haut Aller en bas
 

i wanna be your dog. ( finie. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bewitching ; la tentation du feu. :: Enfin, tout peut débuter ! :: Registre. :: Maintenant, tout ne dépend plus que de Vous. :: A I R-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Harry Potter - Poudlard