AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

________________________
THE GHOST

PNJ
je suis l'emmerdeur de première.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 7
â g e : 107
a r r i v é e : 25/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Moi-même.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Ven 3 Sep - 11:43



Le banquet de début d'année.
Chers élèves et professeurs,
Pour fêter ce début d'année, Monsieur le Directeur a décidé d'organiser un grand banquet. Celui-ci sera suivi d'un bal et miracle, le couvre-feu disparaît pour toute la soirée (et la nuit). Nous vous invitons à y participer, l'entrée est libre et vous y mangerez bien (comme toujours ahaha !) A vous de voir avec qui vous souhaitez venir, mais sachez que personne ne vous lancera de pierres si vous êtes seul. Et surtout, n'oubliez pas : je rôde dans les parages. Personne ne sait ce qui peut vous arriver en ma présence mes lapins !

    Déroulement de la soirée.
Chacun poste s'il le désire, il n'y a pas d'ordre de passage à respecter. Vous pouvez vous organiser comme vous le souhaitez, libre à vous de mener une discussion privée au sein de ce banquet ou au contraire de vous mêler à la foule. Venez habillés, soyez élégants et qui sait, peut-être que vos efforts seront appréciés et récompensés ! Le sujet restera ouvert pour un mois (fermeture le 03.10.10), à vous de jouer !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Seed V. Powell

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 1658
â g e : 25
t o u r : Terre
t o t e m : Velociraptor
a n n é e : Quatrième
a r r i v é e : 01/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Dim 5 Sep - 3:31

[RP pour Kyp]

- Enlève cette veste, tu es ridicule.
* Ridicule ? Mais non voyons, je suis ... je suis ... " chic " *
- Chic ?
Son gargouillis moqueur me lassa parfaitement indifférent et je ne manquais pas de lui faire comprendre par un " huf " dédaigneux que ses goûts en terme de tenues vestimentaires n'était en rien comparable aux miens. * C'est ça, moques-toi, tu sais pas ce que c'est que d'être beau ! *
- Faudrait-il comprendre que tu me trouves laide Seed ?
Encore une fois le ton était moqueur, d'un autre côté j'aurais été surpris qu'elle se vexe de mon avis sur son apparence physique lorsque nous étions métamorphosés ; Valka avait toujours été à des kilomètres des préoccupations matérielles et esthétiques, son côté " préhistorique " certainement. * Je dis juste que tu peux pas comprendre ce que " tenue de soirée conseillée " veut dire. Tu me vois arriver en peau de bête juste parce que madame trouve que cette tenue est parfaite en cas de bagarre ou quoi que ce soit d'autre qui puisse requérir à la nécessité de se transformer ? C'est ridicule ... *
- Bien bien, fais à ton aise, tu me fatigues. Si ça te plait de ressembler à un pingouin après tout ...
L'entendis-je soupirer en s'éloignant pour retourner se terrer dans une partie plus retirée de notre esprit, de façon à me laisser régler les derniers détails de mon apparence physique avant notre départ pour le banquet.

Elle avait beau dire, moi je ne me trouvais pas si pingouin que ça. Mon costume était à la fois chic et décontracté, j'avais volontairement laissé tomber la cravate pour ne pas trop en faire et - malgré l'impression de propreté et de distinction globale qui émanait de mon " déguisement " - mes bracelets en tous genres se chargeaient de donner à l'ensemble la note étudiante qui prouvait bien que " non ", je n'avais pas pris 10 ans d'un coup durant les vacances d'été et que c'était bel et bien Seed - semi-punk - Powell qui se cachait derrière la chemise blanche, la veste de costume et le pantalon droit. Un brossage de dents et deux coups de peigne plus tard, je sortais de la tour Terre pour me rendre au bâtiment principal vers lequel bon nombre de mes condisciples marchaient déjà en riant et en se racontant leurs vacances. Je tentais de repérer une ou deux de mes connaissances dans la foule, mais - comme j'avais trainé sous la douche avant de me préparer - tous les élèves de mon éléments semblaient s'être déjà rendus dans la salle de bal. Pas de bol, moi aussi j'aurais bien aimé avoir quelqu'un avec qui partager mes vacances sur le chemin de l'aller.

- Qu'est ce qu'on mange ?
* Je ne sais pas ... *
Répondis-je d'un air distrait tout en entrant enfin dans la grande salle de bal, les papilles émoustillées par l'odeur de nourriture qui planait dans l'air.
- J'espère qu'il y aura de la viande, j'ai faim, trouve-toi une table de filles.
* Une table de filles ? O_O Pourquoi ? *
Répondis-je en m'arrêtant près de l'entrée dans l'optique de repérer une place de libre quelque part. Le fait que mon totem m'intime de me rapprocher du sexe opposé m'intriguait autant qu'il me troublait, généralement elle était bien plus attirée par les hommes, toujours en train de penser qu'il serait tellement plus séduisant de croquer dans du muscle viril que dans du mou féminin.
- Parce que j'ai remarqué que vos femelles n'en mangeaient pas beaucoup pour des raisons de poids, ça en fera plus pour nous.

Je pouffai de rire et passai certainement pour un idiot aux yeux des 3 ou 4 étudiants plus âgés que moi qui - eux aussi - cherchaient après une table de libre. Finalement, toujours le sourire aux lèvres suite à cette remarque on ne peut plus sérieuse de la part de Valka, mais qui - à moi - m'avait parut très drôle, j'avançais à travers la salle pour continuer mes cherches. Mes pas m'amenèrent à une table d'amis déjà complète. Ces derniers se proposèrent de se tasser un peu pour me faire de la place, mais je préférai ne pas être la cause d'un manque d'espace lors de la dégustation des plats et refusai gentiment leur proposition en leur disant à plus tard pour le bal. Il me fallut encore une bonne minute d'errance pour enfin trouver une place quelque part. Décidément, j'avais trop trainé, j'étais l'un des derniers à être encore debout. Allez hop, incrustation avec le sourire pour faire passer la pilule aux étudiants déjà présents et qui n'avaient rien demandé :

- Bonsoir ! Dis-je en attrapant le dossier de la chaise la plus proche et en m'asseyant comme si ma place avait toujours été celle-ci et qu'il était donc parfaitement normal de me voir m'y assoir comme une fleur. Moi c'est Seed, Seed Pow ...
- HEY ! Je sais qui t'es ! T'es le mec qui a mordu le prof de métamorphose !
- Oui, non, en fait je ...
- Mais si ! C'est quoi déjà ton totem ? Un lézard ?
- Non, c'est un dinosaure ! Moi aussi je me rappelle maintenant que tu le dis !

Soupirant et manquant à moitié de piquer du nez dans mon assiette tant ce début de conversation commençait mal pour moi, je me plaquais une main au front pour cacher mes yeux qui se levaient au ciel et maudissais le Seigneur de m'avoir fait m'asseoir à une table de commères qui - je les entendais rire dans leur barbe - se remémoraient les détails de cet incident lointain qui avait manqué de tourner au macabre lors de ma première année d'études.

* Eh bah ma vieille, la soirée sera longue ... *
- Quand je te disais que les bals ne servent à rien ... Tu ne m'écoutes pas assez Seed.



Dernière édition par Seed V. Powell le Mer 15 Sep - 15:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bardadoll.e-monsite.com/

avatar

________________________
Aaron S. Firefly

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 59
â g e : 29
t o u r : Feu
t o t e m : Le Lion.
a n n é e : 6ème
a r r i v é e : 29/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mar 7 Sep - 14:24

Aaron sortit de la Tour du Feu pour se rendre au Batiment principal. L’atmosphère était vraiment étouffante.. Les filles parlaient fort et le regardaient passer. Dés lors il y avait un silence pesant… Puis elles recommençaient à bavasser à toute allure. Qui avait-il ? Il était si ridicule que cela ?
« Mais non. Tu n’es pas ridicule mon ami. »
« Merci Lév’… Les compliments d’un Lion me rassurent. »
« Ne te moque pas de moi, ricana t-il, tu es parfait. Fais moi confiance. »

Aaron ne poursuivit pas la conversation. C’était vrai, le Lion ne se trompait que rarement. Il le sentit s’étirer pour pouvoir profiter du spectacle qu’il allait offrir à Atahana. C’était dans ces moments là qu’il se sentait fier d’être à moitié Lion. Sa carrure imposante et droite allait parfaitement avec son costume bien taillé. Ses cheveux blonds en crinières n’avaient pas pu être coiffés comme il le désirait. C’était pas grave. Le plus important restait son charisme. Marchant d’un pas droit et gracieux, il avançait et regardait les gens tel un Lion parmi ses sujets. Défiant les mâles du regard, et également les femelles, il avançait vers le batiment principal. Il s’était donné rendez-vous dans le hall.
L’estomac d’Aaron se contracta. Et si elle ne venait pas ? Et si elle y allait avec Woann ? Il se retrouverait seul et con. Après tout, les Cerfs étaient réputés pour n’en faire qu’à leur tête.
L’angoisse monta, et il sentit que Léviathan n’aimait pas ça.
« Tu veux que je prenne le relai en attendant l’heure ? »
« Merci, mais je pense qu’il faut que je me domine.. »

Il avança parmi les élèves. Un masque de courage et de force était sur son visage. Mais intérieurement, il n’y avait que doute et hésitation. Aaron arriva dans le Hall. C’était bondé.. Beaucoup comme eux s’étaient donné rendez vous ici. Et il y avait beaucoup de mâle, notamment des félins du Feu. Il haïssait leurs présences. C’était comme si il voulait leur sauter à la gorge en permanence et prouver qu’il était le plus puissant. Qu’il était le Roi. Il croisa beaucoup de regards mauvais, et les défia pendant un moment.
Ne trouvant aucun adversaire visiblement valeureux, il s’assit sur les marches du hall. Il s’ennuyait. Il était aussi persuadé qu’elle n’allait pas venir. Il allait passé la soirée seul à boire des litres et des litres d’alcool avec ses amis du Feu. Tant pis.. Il ne rencontrerait pas l’amour ce soir.
Soudain, une main se posa sur son épaule, et son estomac se contracta de plus en plus violemment. Il se retourna doucement. C’était Atahana. Il se redressa maladroitement et commença à rougir. Il sentit même que son Lion était touché. Il entendait un léger ronronnement.. Il ne sut pas quoi dire, pas quoi faire. Il passa sa main dans ses cheveux blonds et soupira.

« Tu es vraiment ravissante… »

Il se remit à rougir, gêné. Il ne savait que faire. Il ne savait pas où se mettre, si il devait la prendre par la main, par la taille, ou par rien du tout. Mais son hésitation fut bientôt rompue.
Quelque chose gêna Aaron. Plusieurs élèves regardaient Atahana avec une envie grandissante et une flamme de jalousie dans le regard.
Il se passa alors quelque chose d’horrible. Un rugissement violent et puissant sortit de sa poitrine. C’était un rugissement de Lion. C’était un rugissement à glacer le sang de n’importe qui…
La plupart de son entourage sursauta, et il vit les regards quitter sa direction rapidement. Seuls quelques élèves belliqueux continuaient de les regarder. Il observa Atahana et rougit pour de bon. La soirée était surement fichue.
« Désolé, j’ai pas fait exprès… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Dellà N. Romanskaïa

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 356
â g e : 29
t o u r : Air.
t o t e m : L'hirondelle.
a n n é e : 6ème année.
a r r i v é e : 31/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Lui ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Dim 12 Sep - 20:56



Une semaine de cours s’était écoulée depuis la rentrée, et voilà déjà le Banquet de début d’année. Chaque année, il avait lieu. Et chaque année depuis sa première année, Dellà y avait été accompagnée d’un beau garçon, ou au moins d’une amie proche. Mais cette année, c’était différent. Elle avait répondus non à ses amies proche qui lui avaient proposé d’y aller ensemble. Elle n‘avait cherché aucun cavalier en particulier, c‘était simplement Duncan qui était venus la voir pour lui demander. Elle avait accepté avec un sourire, mais elle était persuadée qu‘il aurait mieux fallut qu‘il se trouve une fille plus intéressante pour lui. Elle était contente d’y aller avec lui, certes, mais elle n’était pas plus enthousiaste que ça à l’idée d’aller à ce bal. L’été était encore trop proche a ses yeux. Et ces vacances avaient été plutôt décevant. Elle revenait fiancée. Fiancée à un élève de l’école qui lui était parfaitement inconnus. Noam Harrows. Un élève Terre issus d‘une famille très riche. Voilà a peu près tout ce qu’elle savait de lui. Et c’était déjà trop pour elle. Jamais elle n’avait voulus se marier avec un homme qu’elle ne connaissait pas et n’aimait pas. Jamais.
Debout devant le miroir de la chambre, Dellà se regardait sans trop savoir pourquoi. Elle était encore nue, tandis que différentes robes de soirée et de bal étaient étendues sur son lit. Elle ne savait pas encore laquelle elle allait choisir, mais au fond, elle se disait que cela n’avait aucune importance. Elle pouvait tout aussi bien y aller en petite robe toute simple, cela ne changerait rien. Elle ne savait même pas pour qui elle allait se faire belle, car au fond, elle n’avait même pas envie d’être belle pour elle-même. Alors a quoi bon ?
« Tu n’es pas obligée d’y aller si tu ne le veux pas. »
« Je sais. »
« Alors pourquoi te forcer ? »
« Je ne me force pas. J’y vais, c’est tout »

Haussant les épaules pour elle-même, elle se tourna vers son lit et choisis sa robe qu’elle enfila délicatement avant de ranger les autres dans sa penderie. Ceci fait, elle se coiffa convenablement, laissant ses cheveux détachés. Elle se maquilla quelque peu, mascara, crayon noir, gloss, et enfin, elle mis ses chaussures à talons. La voilà fin prête. Elle rangea soigneusement la chambre avant de descendre pour rejoindre la salle de bal. Elle y entra, son regard balayant la salle décorée pour l’occasion. Sa robe longue noire lui allait à merveilles, même si selon Vera, c’était un peu trop sexy pour elle - mais depuis quand quelque chose était trop sexy pour que Dellà puisse le porter ? En vérité, elle ne savait pas pourquoi elle avait choisis cette robe-là en particulier, ni même pourquoi elle était venue au bal alors qu’elle aurait put laisser Duncan y aller avec une autre. D’ailleurs, il était où cet imbécile ? Elle n’avait même pas fait attention à lui pendant qu’elle se préparait dans la chambre.. Sans doute était-il déjà descendus ? Comment le reconnaître parmi tout ces garçons en costard ? Dellà soupira. Elle traversa la salle pour aller s’asseoir à une table encore vide, dans un coin. Si Duncan voulait la trouver, il la trouverait. Sinon..tant pis. Assise à la table, elle put regarder avec plus d’attention qui se trouvait déjà là. Ne voyant pas grand monde qu’elle connaissait, elle se dit que finalement, il y a surtout y avoir des personnes qu’elle ne voulait pas voir. Son fiancé pour commencer. Lui, il allait falloir qu’elle aille lui demander des explications. Mais pour ce soir, elle préférait passer du bon temps avec Duncan, si toute fois il daignait montrer le bout de son nez. Elle verrait peut-être aussi Lune remarque. Peut-être son ami lui accorderait une danse ? Les personnes qu’elle redoutait étaient plutôt Clarence, cette saleté de renarde, et Kainan, qu’elle fuyait désespérément. Soupirant a nouveau, Dellà chercha des yeux son cavalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/lemonstrerose/

avatar

________________________
Clarence F. Desmond

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 316
â g e : 26
t o u r : Terre
t o t e m : La Renarde
a n n é e : 4°Année
a r r i v é e : 03/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Sûrement un homme, mais lequel ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mar 14 Sep - 20:30

    « Clarence tu vas aller à ce banquet un point c’est tout ! »
    « Mais pourquoi est ce que tu tiens tant à ce que j’y aille ? »
    « Parce que tu y as ta place comme toutes les autres jeunes filles, et qui sait peut-être que tu rencontreras ton absolu !! »
    « Pff ouais on peut toujours rêver. »


    Je me décidais tout de même à m’y rendre, le problème c’est que je n’avais pas vraiment de robe de soirée, puisque j’avais laissé toute celle de mon passé en écosse. Je fouillais frénétiquement dans mon armoire, inutile d’aller voir celle des autres j’étais certaines qu’elle ne trouverait rien ou pas grand-chose. Je sentis alors quelque chose de doux sous mes doigts, on aurait dit qu’il y avait de la soie et aussi de la dentelle. Je sortis la robe, et tombais sous le charme de cette dernière, elle était vraiment superbe. Je la posais délicatement sur mon lit pour ne pas l’abîmer. Je pris ma douche avec frénésie, j’avais hâte de voir à quoi je ressemblais dedans. Heureusement pour moi, Seed n’était plus là. Il était déjà au bal. Une fois propre je me séchée et j’enfilais ma robe. Je m’admirais longuement devant la grande glace, j’étais tellement belle, je n’en revenais pas, la robe était aussi tellement romantique, mais à la fois sexy sans être trop provoquant, je tournoyais dans ma chambre, mon bonheur fût si intense que la plante sur ma table de nuit se mit à fleurir. Je me coiffais rapidement, un chignon au sommet du crâne, laissant quelques mèches de cheveux pendre sur ma nuque. Je saisi la fleur qui avait fleuri, une magnifique tulipe, certes elle n’avait rien à voir avec ma robe, mais c’est fleur était tellement belle et elles étaient signe d’un amour éternel. Je la positionnais dans mon chignon, bien attaché, elle ne pouvait plus bouger.

    « Oh mon dieu, Clarence tu es vraiment superbe. Mais il manque quelques accessoires. »

    Elle avait raison, je fouillais dans ma boîte à bijoux et en sorti le magnifique collier de perle noire de ma mère, il descendait juste au dessus de ma poitrine. J’enfilais mes chaussures à talon noires et posait une étole de la couleur de la robe sur mes épaules. J’étais prête. Je pris alors le temps de marcher calmement, histoire que tout le monde m’admire, je rayonnais, j’étais tellement magnifique, ce soir je m’aimais et cela ce voyer. J’arrivais enfin à la salle de bal, elle aussi était vraiment stupéfiante, toutes ces tables rondes, comme si il n’existait plus aucune barrière entre les tours. Il n’y avait pas grand monde d’arrivé, je pus apercevoir Seed, lui fit un léger signe de la main, je vis alors Dellà, la seule personne que je ne voulais pas voir, je fis comme ci je ne l'avais pas vu, d'ailleurs il ne me semblait pas qu'elle m'avait vu et me dirigeait ailleurs. Je préférais rester debout, prés des décorations de fleur, leur communiquant mon bonheur, si bien que certaines d’entre elles se mirent à fleurir un peu plus.

    Je cessais de regardais les fleurs pour porter mon regard sur la salle, le monde arrivait, j’espérais tellement être inviter à danser, après tout, toutes les filles ont le droit d’assister à un bal et en plus d’y danser. Je voulais absolument faire une danse, quitte à proposer cela à un professeur si personne ne m’invitait. Je restais donc prés des jolies fleures attendant que l’on m’invite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Annabeth Caldwell

Elève Eau
j'apprends le chant majestueux des lacs.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 59
â g e : 23
t o u r : Eau
t o t e m : Dauphin
a n n é e : 6th
a r r i v é e : 08/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u :
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 15 Sep - 13:22

Annabeth entendait distinctement le " tic tac " frénétique de son réveil, posé sur sa table de nuit. Cela faisait une bonne vingtaine de minutes qu'elle était là, adossée à son lit un livre à la main, cherchant désespérément à lire une ligne de celui-ci, en vain. Comme si quelque chose la poussait à ne pas se concentrer sur ce qu'elle faisait et ce quelque chose n'était autre que ...

Annabeth ?

Celle-ci lâcha son bouquin qui s'abandonna sur son ventre alors qu'elle portait une main à l'arrête de son nez ... Elle avait espéré qu'après vingt minutes de mutisme, Neldwyn déclare enfin forfait .. apparemment, la jeune femme s'était leurrée en beauté. Son totem n'était pas du genre à lâcher l'affaire aussi vite, surtout lorsqu'il avait décidé quelque chose.

Neldwyn ?
Rappelle-moi la raison que tu as inventé qui fait que tu es toujours là, à lire un livre que tu as lus une centaine de fois déjà.
C'est simple ; je ne veux pas y aller
Arrête de jouer à ce jeu-là ...
De toute façon, j'ai rien à me mettre ...
Tu mens très mal tu sais ? Me fait pas croire que les demi-douzaines de robes qui sont dans ton placard servent seulement à le remplir ?
D'accord, je ne te le ferais pas croire.

Son totem resta un petit moment silencieux et Annabeth ne brisa pas le silence qui venait de s'installer, un peu surprise même. Elle attendit un instant qu'il reprenne la parole, mais cet instant ne vint pas si bien qu'elle crue avoir eu le dernier mot pour cette fois. Non elle ne voulait pas aller à ce bal ... n'était-elle pas bien ici ? Ce genre de fête, elle en avait supporté beaucoup trop dans son enfance - en fille de riche qu'elle était, ses parents étaient toujours conviés à différentes festivités et bien entendu elle avait toujours été obligée de les accompagner. Si bien qu'aujourd'hui, elle était comme qui dirait dégoûtée de cela. Elle en avait fait une overdose si bien que contrairement aux autres, elle ne s'amusait pas à ce genre de fête. Annabeth s'apprêtait à reprendre sa lecture là où elle l'avait laissé lorsque Neldwyn reprit la parole subitement :

C'est peut-être mieux que ce que tu crois ...
J'ai de l'expérience derrière moi je te signale, ça se trouve c'est aussi nul que dans mes souvenirs ...
Ou pas ...
Qu'en sais-je ?
Bah vas-y et tu verras... qu'est-ce que tu as à y perdre... ?

Cette fois-ci, elle su que Neldwyn l'avait eu au pied du mur ce qui ne l'étonna pas. Contrairement à ce qu'elle voulait bien faire croire, son totem était encore plus têtue qu'elle l'était elle-même et elle avait bien du mal à résister à ses propositions, même si elle y arrivait mieux que lorsqu'elle était rentrée pour la première fois à Bewitching. Une nouvelle fois, la belle brune soupira en murmurant entre ses dents un " t'a gagné ". Évidemment, elle n'allait pas s'y rendre comme ça, vieux jogging, débardeur ... disons qu'elle ferait un peu tâche dans le décor. Elle préférait se fondre dans la masse en quelque sorte. C'est pourquoi elle se rendit dans la salle de bain pour se laver en vitesse. La chaleur de l'eau la détendit considérablement et elle n'eut aucun mal à parfumer sa peau de rose. Ressortant ruisselante, elle intima à l'eau de ... se retirer, en quelque sorte, de ses cheveux, si bien qu'elle se retrouva rapidement sèche et prête à se préparer. Il fallait déjà qu'elle trouve une robe, avant toutes choses, ce qui ne fut pas chose simple. Comme Neldwyn l'avait dit un peu plus tôt, elle en avait beaucoup et ne savait pas laquelle choisir... elle farfouilla un bon moment dans son placard avant d'expirer une robe bustier assez courte, d'une couleur bleue intense. Elle la dévisagea un petit instant avant que son totem ne vienne mettre son petit grain de sel ;

Elle s'accordera parfaitement à tes yeux ma caille (a)

Annabeth ne pu s'empêcher de sourire avant de remercier silencieusement Nel'. Au bout de quelques instants, elle se décida à l'enfiler et chercha des yeux la paire chaussures argenté qui irait très bien avec ... La jeune Eau ne tarda pas à repérer les talons scintillants parmi les autres et les mis à ses pieds, ce qui la grandit de quelques centimètres. Lorsque ce fut chose faîte, elle maquilla ses yeux d'une légère teinte argenté, puis effectua quelques coups de crayons bien placés. Le blush et le gloss furent les dernières touches qu'elle plaça sur son visage et elle s'estima très bien ainsi. Restait plus qu'à trouver une coiffure et des accessoires et ce serait bon .... C'est pour ça qu'en plus elle n'aimait pas les bals. Parce qu'elle mettait du temps à se préparer, pour au final retirer le tout quelques heures plus tard. Elle sentie la désapprobation de son totem au fond de son ventre, ce qui la fit lever les yeux au ciel. * je sais je sais * pensa-t-elle avant de se concentrer sur ses cheveux. Elle n'hésita pas à les relever en un chignon, laissant une mèche s'attarder dans son cou et maintenant le tout avec des pinces argentées. Puis elle enfila un collier et un bracelet dans le même ton et refusant les boucles d'oreilles, enfin elle pu souffler. Elle était prête. Qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour son totem, franchement ... Rajustant le plis de sa robe sur ses cuisses, la jeune femme sortie de sa chambre.

Les " clac clac " de ses talons se perdirent dans le bruit ambiant des élèves se dirigeant vers la salle. Annabeth n'eut aucun mal à se mêler à la foule, sans se faire écraser non plus et chercha une personne de sa connaissance, balayant la salle du regard ... elle repéra Dellà, assise sur une chaise dans une élégante robe noire, puis comme pour faire la liaison, elle remarqua Clarence, dans une charmante petite robe. Tiraillée comme à chaque fois qu'elle était entre les deux jeunes femmes, elle hésita à saluer les deux à la fois ... notant les regards qu'elles se lançaient, elle se dit qu'il ne fallait peut-être pas. C'est pourquoi elle rejoignit la belle blonde en s'asseyant en face d'elle, un sourire aux lèvres.

Tu permets que je te tienne compagnie le temps que ton cavalier arrive ? dit-elle, sachant pertinemment que Dellà s'y rendait avec Duncan, à la base. Son amie se tourna vers elle et Annabeth n'aurait pas été étonnée que Dellà soit surprise de la voir ici ... n'avait-elle pas dit qu'elle serait la seule de Bewitching à ne pas se rendre à cette soirée ? Comme quoi ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Kyp D. Stallon

Elève Feu
j'apprends à rôtir les autres à la broche.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 508
â g e : 29
t o u r : Feu
t o t e m : Ourse Blanche
a n n é e : 6 ème
a r r i v é e : 30/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Y'en a t'il un?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 15 Sep - 13:58

[RP pour Seed]

Banquet de début d’année… Comme chaque année, le jeune Kyp, face à son miroir, se demandait pourquoi il faisait autant d’effort pour cet évènement mineur. Il était pourtant au courant de l’inutilité de la chose ainsi que de l’ennui qui pouvait résulter de ça. Certes, la première année, il était émerveillé par ce qu’il découvrait, et ce même s’il ne l’avait pas montré, mais maintenant, ce n’était que banalités et ennui qui pouvait le résumer. Beaucoup dirait qu’il est blasé, à s’ennuyer de tout comme ça, mais ce n’était qu’un simple manque d’intérêt, rien de plus. Cependant, il y avait un certain avantage à cette petite fête, la découvert de la viande fraîche. Certes, il devenait un peu vieux pour les nouveaux arrivants, mais après tout, il n’y avait rien de mal à regarder… Kyp poussa pourtant un soupir d’ennui prématuré, avant de se passer la main pleine de gel dans les cheveux. Oui, l’évènement était pourri, mais ce n’était pas une raison pour se montrer débraillé. Il avait donc sorti une magnifique chemise ainsi qu’un pantalon noir, qui lui donnait l’air chic sans trop en faire pourtant. C’était facile pour lui après tout, il avait le corps pour se la raconter, même s’il ne le faisait que trop peu. Quoiqu’il en soit, il jeta un dernier coup d’œil à lui-même, avant de finalement se décider à s’en détacher. Cependant, alors qu’il marchait vers son lit pour mettre une cravate, il baissa les yeux vers ses chaussures et décida d’un coup de tête qu’elles n’allaient plus avec sa tenue. Il ouvrit donc de nouveau son placard pour en sortir une toute autre paire, qui n’allait pas mieux avec sa tenue, mais qui avait au moins le mérite de satisfaire son indécision… Le manège se répéta d’ailleurs trois fois, avec le pantalon, la cravate et finalement la chemise, pour qu’il ne soit finalement plus du tout habillé comme au début. Alors qu’il allait de nouveau changer de chemise, Gyps s’impatienta tellement qu’il finit par se rendre à l’évidence, il ne serait jamais satisfait de sa tenue, alors il valait mieux y aller.

Kyp quitta donc sa tour pour marcher lentement vers la salle de bal. Dire qu’il détestait danser en plus… Il avait appris bien des années plus tôt et d’ailleurs il se débrouillait plutôt bien, mais devoir se concentrer pour faire des pas harmonieux le rebutait au plus haut point. Cependant, si ça pouvait lui permettre de se dégotter une ou deux nanas pour finir la soirée, il n’était pas contre, bien évidemment. C’est avec un nouveau sourire, un brin tendancieux qu’il arriva finalement dans la salle de bal, en avance vu le peu de monde qui honorait les tables. A vrai dire, il n’avait pas vraiment regardé l’heure, ce qui n’était pas étonnant vu l’extrême concentration qu’il s’imposait face à sa tenue. Avec un soupir, Kyp se dirigea vers une table, n’importe laquelle, vide, qui serait très bien pour ce soir. Ceux qui viendraient s’assoir ne l’importait que peu, après tout, il n’était pas là pour faire copain/copain, mais bien pour faire état des lieux des nouveaux arrivants. Il avait donc pris la chaise face à l’entrée, afin de pouvoir voir toutes les personnes entrantes. Il ne fallut pas plus d’une demi heure pour que les tables se remplissent et Kyp n’avait rien remarqué d’intéressant si l’on excluait les anciens élèves qu’il connaissait déjà plus ou moins. Le jeune homme poussa donc un soupir d’ennui, au moment même où quelqu’un vint s’assoir à sa table presque complète, juste à côté de lui. « Bonsoir ! Moi c'est Seed, Seed Pow ... » « HEY ! Je sais qui t'es ! T'es le mec qui a mordu le prof de métamorphose ! » « Oui, non, en fait je ... » « Mais si ! C'est quoi déjà ton totem ? Un lézard ? » « - Non, c'est un dinosaure ! Moi aussi je me rappelle maintenant que tu le dis ! » Kyp ouvrit grand les yeux face à cette agitation soudaine, il n’aurait jamais cru qu’un type s’asseyant à sa table amènerait autant de bruit.

Il lui jeta un regard, sans réellement écouter les deux gars qui partaient en rumeurs et conjectures inutiles. Il faut dire que ce n’était pas franchement un garçon à écouter les rumeurs, il préférait de loin se faire sa propre opinion, même si elle était bien souvent peu objective, tout à sa façon de ne pas aimer les gens. Le feu faillit éclater d’un rire moqueur en voyant le jeune élève incriminé si mal à l’aise, mais quelque chose le retint, peut être cette remarque, de Gyps. * « Pauvre gars… Il a pourtant un si grand potentiel… » Kyp n’en croyait pas ses oreilles. Son totem avait une pensée charitable envers quelqu’un, pire, il sentait comme une pointe d’admiration dans ses paroles. Aussitôt, une pointe de colère s’empara de lui et il se prit à fixer plus en détail le jeune homme. Il n’avait pourtant rien de plus que lui, ce n’était qu’un gamin trop… exubérant. Même si lui pouvait l’être parfois, là c’était beaucoup trop fort pour lui. A ce moment là, deux pensées traversèrent l’esprit de Kyp. Il hésitait entre bouder comme un gamin trop gâté qui n’aurait pas eut son jouet et entre pourrir ce gamin qui avait l’aval de Gyps.

Pour l’une des premières fois de sa vie, Kyp considéra quelqu’un comme autre chose qu’un simple jouet sexuel, mais bel et bien comme une personne, qu’il n’aimait vraiment pas beaucoup, même s’il ne lui avait rien fait. Sa voix s’éleva finalement, trop douce pour être habituelle : « Laissez le tranquille, il ne vaut même pas la peine qu’on s’intéresse à lui… » Il eut un regard dédaigneux un instant, avant que Gyps ne décide d’hurler dans ses oreilles. « Pauvre imbécile, tu ferais mieux de t’excuser si tu ne veux pas t’attirer mes foudres… » A ces quelques mots, le jeune homme s’empourpra violemment avant de couler un regard assassin vers le jeune terre, comme si c’était de sa faute. Il poussa finalement un soupir profond, s’incitant à sa calmer, bien que son sang continuait à palpiter violemment. Son regard s’égara sur la table et voyant qu’ils s’étaient tous absorbés à une nouvelle discussion, il se tourna de nouveau vers Seed, en lui disant à voix pas trop haute pour n’être entendu que de lui seul. « Désolé, je voyais pas comment faire autrement pour les dissuader de t’embêter. » Il voulut s’arrêter là, n’en pensant d’ailleurs pas un mot, mais Gyps lui donna un petit coup de poing mental alors il ajouta, marmonnant à moitié. « J’m’appelle Kyp… »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wyleeth.deviantart.com/

avatar

________________________
Seed V. Powell

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 1658
â g e : 25
t o u r : Terre
t o t e m : Velociraptor
a n n é e : Quatrième
a r r i v é e : 01/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 15 Sep - 16:16

« Laissez le tranquille, il ne vaut même pas la peine qu’on s’intéresse à lui … »

- Hein ?!
- Plait-il ?


Sursaut simultané en mon for intérieur : de l'étonnement pour ma part, de la menace qui couve pour celle de Valka. S'en suivit alors un mouvement de tête en direction de l'émetteur de cette voix dédaigneuse qui se situait juste à ma droite, sur le siège d'à côté. A son air condescendant et passablement crispé par ce qui semblait être de la colère refoulée, j'eus l'impression d'avoir raté un épisode. Qu'est ce que j'avais bien pu faire encore pour qu'on me regarde de la sorte ? Pourtant ce mec là je ne le connaissais que de vue, je n'avais même pas souvenir de lui avoir déjà parlé ou de lui avoir fait une blague d'un mauvais goût quelconque de par le passé ... Mon regard interrogateur se confronta au sien qui était à la fois dur et plein de reproche, de quoi me faire douter de ma capacité à me souvenir des gens avec qui j'avais déjà eu des accrocs au sein de Bewit.

« Désolé, je voyais pas comment faire autrement pour les dissuader de t’embêter. »

- Il a de drôles de façons de faire ...
- Mais radicales, ça te ne peux pas le nier.


Et c'était vrai. En jetant un coup d'œil furtif à la table, je me rendis compte que plus personne ne semblait me dévisager avec l'intérêt déplacé d'un public face à un phénomène de foire. Qui ce type pouvait-il bien être pour faire taire un parterre de commères d'une simple phrase jeter sur le tapis avec insolence ?

« J’m’appelle Kyp…»

- Tour Feu.
- Comment tu sais ?
- C'est un sanguin, écoute, on entend son pouls battre derrière ses tempes. A mon avis il ne t'aime pas beaucoup.
- Sans blague ...
Répondis-je avec un sarcasme bon enfant tandis que je sentais l'intérêt de Valka grandir à l'intérieur de moi. Et bah quoi, tu veux pas que je lui colle une claque ? Ca ne te ressemble pas de rester calme comme ça ...
- Allez, répond lui, qu'on découvre un peu le spécimen.
M'ordonna-t-elle, dédaigneuse elle aussi.

- Seed. Merci pour cette aide atypique, faute d'être appréciable elle fut efficace ...

Le rire moqueur d'une Valka amusée par ma réponse bougonne me donna envie de me tirer la langue à moi-même, mais je me retins, parce que si tel avait été le cas 1) ce Kyp aurait pu croire que la grimace lui était destinée et 2) il aurait fallu que j'explique que je tirais langue à mon propre totem, ce qui aurait insinué un peu trop facilement que je puisse ne pas me rendre compte que, de toute façon, n'étant pas en face de moi, Valka n'aurait rien vu du geste et aurait juste su que je le faisais en se rendant compte - depuis l'intérieur de moi-même - que je grimaçais dans le vide. Bref, situation trop compliquée à assumer pour la mettre en pratique, je me contentais donc qu'un " tssss " mental destiné à la faire taire.

- Et donc t'es en quelle année Kyp ? Relançais-je en triturant ma fourchette, me mettant à penser que cette soirée ne serait peut-être aussi sympa que les 3 précédents banquets de début d'année que j'avais déjà vécu à Bewit, ici coincé entre une table d'élèves traumatisés par mes frasques de première en cours de Métha et un allié visiblement réticent à l'idée d'entretenir une conversation plus poussée que le simple " salut ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bardadoll.e-monsite.com/

avatar

________________________
Jii K. Kyûshû

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 43
â g e : 29
a r r i v é e : 28/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : T.T
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 15 Sep - 19:43

Le banquet de début d’année… Il n’était pas ouvert au public n’est-ce pas ? Aucun invité de dernière minute ne serait sûrement accepté ? Encore moins une profane… Alors pourquoi Jii se trimballait-elle avec un sac à dos, peu pratique lorsqu’on désirait escalader le mur d’une école ? Pourquoi avait-elle cachée une splendide robe de soirée à l’intérieur, ainsi que des chaussures adéquates ? Si vous lui aviez posé la question elle vous aurait tout simplement répondu qu’il est un peu suicidaire de grimper en robe longue. Et que n’importe qui aurait pu voir ses sous-vêtements si elle l’avait fait ! Un bal… Pensiez-vous vraiment que la demoiselle saurait résister à un bal ? D’’autant plus lorsque celui-ci serait emplie de Gardiens. Des Gardiens partout… En surnombre ! Qui pourraient lui arracher la tête ou la noyer dans un pichet d’un simple mouvement… étrange comme cette gamine n’avait peur de rien dès lors qu’il était question des Gardiens. Comme si aucune d’eux, jamais, ne chercherait à lui faire du mal. Comme s’ils étaient trop bien pour ça. Naïve enfant ! Elle n’avait toujours pas compris que beaucoup dans cette école se feraient un plaisir de la liquider. Ou si… Elle l’avait compris puisqu’elle se cachait d’eux et ne leur révélait pas sa véritable identité. Et pourtant, elle n’hésitait pas à se faufiler dans un endroit où chaque pas qu’elle faisait était une invitation au suicide. Alors quoi ? N’aimait-elle plus la vie et voulait-elle en finir ? Non même pas… Elle ne pouvait tout simplement pas rater cet évènement là. Ç’aurait été comme lui dire de ne plus respirer pendant deux heures… Strictement impossible !

Aussi est-ce pourquoi une banale profane se glissait-elle discrètement dans le parc en ce jour de fête. Elle ne prit d’ailleurs même pas la peine de regarder aux alentours, sûre que tous devaient être bien trop occupés pour se soucier d’une ombre dans la nuit. Qu’elle ait tord ou raison, elle arriva tout de même sans encombre jusqu’à son endroit fétiche pour grimper : le côté droit, quasiment sur le rebord gauche.. Là où elle savait les aspérités assez nombreuses et profondes pour avoir de belles prises. C’est donc plein d’excitation que Jii commença à se hisser, forçant sur ses bars pour s’élever de plus en plus haut. Comme souvent, elle souriait, heureuse de savoir qu’elle allait bientôt pénétrer dans Bewitching, heureuse à l’idée de revoir ceux qu’elle aimait, heureuse… De faire ce dont elle avait envie. Ressentait-elle de l’appréhension ? Non.. Pas vraiment. Pas encore en vérité. Elle se concentrait pour l’instant uniquement sur le fait d’assurer ses prises, de trouver la faille dans le mur, de réussir à poser ses doigts puis le bout de ses pieds. De monter sans tomber en résumé.

Une fois arrivée en haut, Jii prit le temps d’admirer la vue qui s’offrait à elle, assise sur le rebord de la fenêtre qu’elle savait ouverte et qu’elle s’était donc contentée de pousser pour réussir à entrer. Pourtant, contrairement à son habitude, elle se contenta de quelques minutes de repos avant de trouver un endroit où farfouiller dans son sac à dos. Chose étrange pour quelqu’un devant absolument passer inaperçue, elle en sortit une robe de soirée bien trop voyante pour être portée par une Profane entourée de Gardiens. Mais enfin après tout… Qui penserait qu’une enfant sans totem se baladerait dans ce lieu ? Personne n’est-ce pas ? Seuls les personnes la connaissant seront donc à même de savoir qu’elle n’était pas l’une des leurs. Et elle n’avait d’inimitié avec personne. Pas assez forte en tout cas pour qu’on lui cherche des noises. Techniquement parlant s’entend…
La robe enfilée, elle dégagea ses chaussures de son sac et troqua ses baskets contre des talons hauts avant de s’apercevoir qu’elle n’avait pas prit de brosse. Bah… Défaire sa longue tresse suffirait ! De toute façon, elle ne comptait pas réellement s’attarder, juste tenter de participer un peu et partir. Après avoir caché son sac à dos dans un recoin, Jii se dirigea donc vers la salle de bal, heureuse de connaître le château presque aussi bien que ses propriétaires. Parvenue à la salle, elle y jeta d’abord un coup d’œil timide avant de prendre un grande inspiration et d’entrer, suivant le flot des élèves qui faisaient de même. Elle repéra aussitôt des têtes connues et décida qu’elle irait embêter Seed lorsque celui-ci ne serait plus en conversation. La personne suivante qu’elle aperçue la fit sourire joyeusement et elle se catapulta jusqu’à Clarence pour lui glisser à l’oreille :

- Bouh !

Après quoi, elle fit son feu folet, comme à son habitude, embrassa Clarence sur la joue, la regarda de haut en bas et leva le pouce.

- Tu es superbe !

Elle finit tout de même par se tourner pour détailler la salle, n’ayant que trop rarement l’occasion de la voir autrement que noire étant donné l’heure de ses visites…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Clarence F. Desmond

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 316
â g e : 26
t o u r : Terre
t o t e m : La Renarde
a n n é e : 4°Année
a r r i v é e : 03/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Sûrement un homme, mais lequel ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Jeu 16 Sep - 12:29

    « Clarence, Annabeth est là. »

    Je jetais un coup d’œil, je l’aperçus rapidement. J’allais lui faire signe de venir me rejoindre lorsque je la vis ce mettre à la table de Dellà. Son attitude me blessa, je fronçais alors les sourcils, j’étais agacée par cette attitude et je ne me privais pas pour le montrer. J’étais si énervée contre elle qu’une des fleurs de la décoration fana. Je la prise dans mes mains et m’excusa apurés de la fleur pour avoir précipité sa mort.

    « Je ne sais pas ce que tu fais avec elle Clarence, mais cette fille ne mérite pas ton amitié. Elle te dit être ton amie, mais préfère aller voir cette Dellà, qui nous a chasser de notre endroit paisible, je déteste cette fille. J’ai bien envie d’une hirondelle au dîner se soir. »
    « Klami Stop, arrête sa tout de suite, tu sais qu’on peut avoir des ennuis et ce ne se fait pas de manger un autre Totem, tu devrais avoir honte de toi ! »
    « Qu’est ce que tu peux être rabat-joie quand tu t’y met. »


    Heureusement que les Terres étaient reconnu comme sauvage sinon j’aurais penser que Klami était une psychopathe, mais ce qui me rassurer chez elle, c’était qu’elle voulait toujours faire le bien pour moi, comme en mangeant l’hirondelle, comme ça Annabeth resterait avec moi, mais je n’étais une assassin et je refusais catégoriquement que Klami fasse pareil chose. Regardant de nouveau la fleur dans mes mains, je la déposais sur le sol, à l’abri pour que personne ne l’abîme. Je me relevais sans difficulté. Jeta un coup d’œil dans la salle, Seed semblait en grande conversation avec un autre garçon très mignon. Je chantonnais doucement des airs de musique qui me venait en pensais, je soupçonnais Klami de mes les avoirs mit en tête.

    « Tiens voilà Jii, elle compte te faire peur en arrivant. Voilà une amie digne de ce nom. »

    C’est vrai elle avait raison, Jii était bien la seule fille avec qui je pouvais être entièrement moi-même, sans me poser un tas de question. Je fis comme si je ne l’avais pas vu, je ne voulais pas la vexer. Lorsque j’entendis le « bouh » je fis un léger sursaut accompagné d’un petit cri, qui avait semblait convainquant. Elle me scruta de la tête au pied avant de me complimenter. Je la regardais également, sa robe était vraiment magnifique, j’aurais aimé la trouver avant elle, mais j’aimais aussi ma robe.

    « Tu es vraiment superbe aussi !! Tu risques de faire tourner des têtes se soir. »

    Mais soudain, me vin une question, avait elle le droit d’être là ? Je l’ignorais, je m’approchais alors doucement d’elle et lui chuchota à l’oreille.
    « Mais au fait Jii, t’as le droit d’être là ? »

    Dis-je d’un ton inquiet, je ne souhaitais pas qui lui arrive des problèmes, je tenais bien trop à elle pour que quelque chose lui arrive. Puis je lui saisi un instant la main et la relâcha quelques secondes plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 25
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Sam 18 Sep - 23:02

I say I don’t you know,
You say you don’t know,

I say … TAKE ME OUT !


© TakeMeOut _ Franz Ferdinand




« -J’aime pas. »
Misha tourna une nouvelle fois sur lui même pour s’observer dans le miroir. Nan sérieux, ressembler à un pingouin, c’était pas son truc. Il avait revêtu un costard noir et une chemise blanche, l’habituel smoking censé rendre « classe », mais dont il avait plus que tout horreur de porter. En réalité il ne l’avait mis qu’une fois, pour se faire bien voir à l’inscription dans son lycée, et puis il l’avait relégué au fond du tiroir… et il aurait peut-être même oublié l’habit si ce soir, il n’avait pas été obligé de chercher un truc de se genre à se mettre sur le dos. Se mordillant la lèvre inférieure, nerveux, son regard se reposa pour la énième fois sur son jeans et son tee-shirt, qu’il avait laissé en rentrant du lycée sur le dossier de sa chaise. Hum non résiste. C’est un bal Misha, tu dois y aller bien habillé ! ARG ! Mais c’était tellement difficile de trouver quoi mettre ! Et si ça se trouve, il verrait Noam… Il n’allait quand même pas y aller mal fringué ! Pfff, pire qu’une fille… Il zieuta son armoire, ne trouva rien qui aurait put le sauver du costume qu’il portait déjà… quoique… a la limite, il pouvait se rabattre sur son pull noir et son jeans noir. Un truc simple et décontracté, mais la couleur donnerait une petite touche d’ « habillé » à l’ensemble. Aller… Se déshabillant à nouveau il se faufila dans ses nouveaux habits et constata immédiatement que cette idée lui plaisait totalement. Le noir faisait ressortir sa peau pâle et ses yeux clairs, c’était parfait. Et puis il se fondrait à merveille dans la foule d’élève…
Jetant un coup d’œil à sa montre, il lâcha un hoquet de surprise ! Putain ! Il avait passé une heure à s’habiller ! UNE HEURE ENTIERE ! God. Il était grand temps de se bouger le cul.
Misha avait attendu toute la semaine durant cette soirée si particulière. L’école de Bewit avait organisé un bal, et il avait bien l’intention de s’y incruster. Il avait angoissé à mort toute la journée, parce que c’était la première fois qu’il allait participer à un truc du genre et, qui plus est, sans y avoir été invité. Ben ouai, parce que lui c’était un « profane », et seuls les élèves étaient censés s’y rendre. Fin bon, on n’allait pas chipoter pour un intru hein, personne ne se rendrait compte de sa présence, avec un peu de chance. Parce que de toute manière, si jamais il se faisait démasqué, ça allait sentir le roussie. Il avait intérêt à être prudent, mais l’adrénaline courait déjà dans ses veines, anticipant le moment fatidique et lui procurant d’agréables frissons. S’allumant son i-pod dont il vissa les écouteurs dans son oreille, il descendit les escaliers à toute berzingue sur le son de Take Me Out et faillit louper une marche. Mais c’était une question d’habitude, et par réflexe s’il s’agrippa à la rambarde pour continuer sa course afin d’atterrir dans le salon où Fran s’était installé dans le fauteuil pour regarder la télé. « J’y go, je reviendrais surement tard m’attends pas pour manger. » Il s’empressa d’aller déposer un baiser sur son front, tout sourire. « T’es drôlement chic, t’as rendez-vous avec ta nana ? » Levant les yeux au ciel, Misha réprima un rire. Même âgé de trente ans Fran tenait à garder un langage de « jeune », pour pouvoir selon lui « faciliter le contact entre eux ». « Fran… pour la millième fois, je suis gay. » L’interpellé lâcha un grognement, signe qu’il se souvenait et haussa les épaules avant de lui faire signe qu’il pouvait disposer. Chose pour laquelle Misha ne se fit pas prier, avançant d’un pas leste vers la sortie.
« I’m LIBERTY !!! » S’exclama t’il une fois sortit dans la rue, et sans perdre une minute il mit son casque, enfourcha son vieux vespa gris et… faillit démarrer. En fait, il lui fallut 5 essais avant que l’appareil ne consente à se mette en branle dans un boucan infernal. Tsss… Hyper classe y’à pas à dire. Et le must, c’est qu’une fois arrivée il ressemblerait à un épouvantail. Mais un épouvantail bien habillé quand même hin, notez bien la différence ! Pff et puis quelle importance de toute manière ! Au pire personne ne lui adressera la parole, et ce sera tant mieux. Parce qu’à coup sur il devrait se faire passer pour un élève. Bof, de toute manière il avait passé la journée à s’inventer une identité. Un élève de la tour Air avec un rossignol comme totem, trop cute. Et s’il tombait sur la personne qui a un totem de rossignol ? Ben non voyons il y a plusieurs espèces de rossignol d’abord ! Comment ça, tu l’ignorais !? Zut alors, ben maintenant tu le sais ! *out*
Bref.
La musique dans les oreilles, il creva de froid pendant environ un quart d’heure, roulant à 50 kilomètre heures sur la route, se trainant comme une limace alors que les voitures le doublaient les unes après les autres, et il avait l’impression d’être un boulet jeter sur leur passage.
Lorsqu’enfin il arriva… ben comme prévu il ressemblait à un épouvantail. Tentant de se recoiffer dans le rétroviseur de son antiquité à deux roues, il réprima un pincement de lèvres réprobateur. Il ne ressemblait à rien. Et il avait passé une heure à s’habiller, tout ça pour ressembler à rien. C’était blasant. Il laissa son i-pod dans sa poche et se dirigea d’un pas assuré vers le mur de l’enceinte qu’il escalada sans peine. Il connaissait chaque pierre par cœur et quelques minutes plus tard, il était hissé sur le parapet. Il faillit perdre l’équilibre un nombre incalculable de fois et ne dut sa survie qu’aux branches d’un arbre qui poussait juste à côté et qui auxquelles il s’accrocha pour se rétablir. Puis d’un bond il sauta et s’aplatit comme une crêpe au sol, perdant l’équilibre dès que ses pieds se posèrent, ses jambes se dérobant traîtreusement sous lui. POF. Ouïe le culcul (la praline).
Il se releva en vitesse et courut du mieux qu’il put vers l’école. De l’extérieur il pouvait voir les fenêtres de la grande salle allumées. La soirée avait-elle déjà commencé ? Il vérifia l’heure. Non il était pile poil arrivé à temps.
Il pénétra dans le batiment et se laissa guider par le bruit des centaines de convives, débouchant dans la salle du banquet, où des tables avaient été installées. Dans une école aussi bourge c’était évident qu’il allait bien manger, et son estomac criait famine. Tentant de dissimuler sa nervosité il se glissa parmi les élèves, gardant le regard baissé tout en jetant de temps en temps des coups d’œil, à la recherche d’un quelconque visage connu… Zut… Son regard venait de se poser sur le dos d’un jeune homme et il stoppa net. Noam ? Il retient sa respiration et… Ouf non, ce n’était pas lui. Mais Misha se mettait en stresse dès qu’il croyait l’apercevoir. Ha ! Idiot va ! Si ça se trouve ils ne se croiseraient même pas de la soirée ! Il y avait tellement de monde… et puis, il devait surement être avec ses amis. Non, il avait vraiment peu de chance de le croiser…
Malheureusement. Ou pas.


Dernière édition par Misha A. Denvers le Dim 19 Sep - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Noam A. Harrows

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 180
â g e : 28
t o u r : Terre
t o t e m : Panda roux
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Ça sera lui, ou rien.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Dim 19 Sep - 5:29


• Un bal ? C’est quoi cette connerie ? J’ai l’impression d’être revenu chez mon père… • Après avoir enfilé deux costards offerts par son père, afin de paraître plus raffiné lors des soirées mondaines auxquelles ils étaient souvent invités, Noam saturait déjà. Lui qui avait toujours été ravi à l’idée d’échapper à ce genre de tenues et aux évènements longs et ennuyeux qui y étaient associés, il n'était pas enchanté par cette cérémonie. Dans ce cas pourquoi se rendait-il à ce fameux bal ? Après tout rien ne l’y obligeait, n’est-ce pas ? À vrai dire, il avait longuement hésité avant de faire ce choix délicat et il en était venu à la conclusion que de toute façon, il n’avait rien de mieux à faire… Alors, plutôt que d’essayer de passer une longue soirée à tenter de détourner son esprit de ses insomnies, il avait finalement accepté de faire comme la plupart des autres élèves et de se rendre à cette fête désuète. Qui sait, peut-être qu’il s’y passerait quelque chose d’intéressant, même si il ne comptait pas trop là-dessus puisque la personne qu’il avait le plus envie de voir n’était pas invité… Mais il se rassurait en se disant qu’au moins, il ne serait pas seul, et il pourrait profiter de la compagnie de quelques amis, si ces derniers n’étaient pas trop occupés à créer des liens, si vous voyez ce que je veux dire… • Tout le monde n’a pas les mêmes préoccupations que toi • Amusé, Rhayn prenait un malin plaisir à le taquiner ce soir, faisant même un commentaire sur chaque tenue qu’il avait essayée. À croire que son totem était en grande forme. • Je te trouve bien mal placé pour me dire ça, Rhayn • • Si cela te rassure de penser que tu n’es pas seul dans ta perversité, alors soit. En ce qui concerne ta tenue mon jeune ami, puisque tu ne parviens pas à te décider et à garder ces costumes trois pièces sur le dos, laisse-moi te faire une petite suggestion… Que dirais-tu de garder la chemise et la veste, et de les accompagner de ce jean hors de prix que t’as offert Clara pour ton anniversaire ? • Tiens, pourquoi n’y avait-il pas pensé avant ? C’était pourtant une très bonne idée, et même un bon compromis, puisque cela lui permettait d’être assez élégant, tout en étant à l’aise et décontracté. • Vendu ! Dis donc, Rhayn, aurais-tu des talents cachés dans le domaine de la mode ? • Ce fut au tour de Noam de s’amuser aux dépens de son double et il ne s’en cacha pas le moins du monde. De son côté, le panda roux lui répondit par un silence boudeur qui ne fit qu’attiser son hilarité.

Néanmoins, si il souhaitait arriver à l’heure à ce stupide bal, il allait tout de même falloir qu’il songe à s’habiller. De ce fait, il s’empressa de sortir les vêtements qu’il avait choisis sur les conseils de son totem et il les enfila sans plus attendre. Une fois prêt, il passa rapidement dans la salle de bain afin de peaufiner les derniers détails, ne s’attardant pas plus que nécessaire. Sortant d’un pas vif, il croisa quelques élèves de sa tour qui le saluèrent, plus ou moins surpris de le voir se rendre au bal. Son avis mitigé sur ce genre de soirée était-il si répandu ? Il est vrai qu’il était plutôt rare de l’y voir d’ordinaire puisqu’il avait largement sa dose de mondanités lorsqu’il rentrait chez lui pour les grandes vacances. À tel point qu’il hésitait toujours à rentrer même si sa sœur lui manquait toujours durant l’année. Bien qu’ils ne soient pas liés par le sang, Clara et lui s’étaient toujours bien entendus, comme si leur rencontre avait été une évidence et qu’au fond, leur destin n’aurait pu être différent. Leur lien fraternel s’était donc tissé avec un naturel désarmant et leur père avait vu là l’occasion rêvée de tenir Noam sous sa coupe. C’était fourbe, il n’y avait pas d’autre mot, mais qu’importe le moyen, aux yeux du paternel, seul le résultat avait une quelconque valeur. Que pouvait-on attendre d’un homme de cet acabit ? Au final, Woann et les élèves du feu soutenants la révolte lui ressemblaient beaucoup sur ce point de vue.
Tout en ruminant, perdu dans ses pensées, Noam avait traversé sa tour, descendant progressivement en direction de la salle de bal, située dans le bâtiment principal. À bien y réfléchir, il ne s’y était pas rendu depuis un bon moment déjà… À tel point qu’il n’aurait pas su donné de date, ni même en décrire l’occasion. Il était donc peut-être temps de rompre une telle absence, puisqu’il était important de ne pas fuir ses semblables, même dans les fêtes les plus fades. En espérant qu’il ait choisi la moins contraignante et la plus animée de toutes. De toute façon, il n’allait pas tarder à le savoir puisque la porte se profilait déjà devant lui. Inspirant profondément, il pénétra dans la salle comme un gladiateur qui entre dans l’arène.

Pour être honnête, ce n’était pas si terrible que ça. La décoration était simple et harmonieuse, n’offrant ni couleur tape-à-l’œil, ni un étalage de richesse qui aurait été de mauvais goût. Cependant, l’attention qu’il porta à la pièce s’arrêta là. En effet, son regard voyait déjà d’une silhouette à l’autre en espérant tomber sur une présence familière, reconnaissant quelques camarades, quelques amis aussi, mais il ne se déplaça pas, continuant son inspection. C’est alors que ses pupilles se posèrent sur un corps si familier qu’il se figea instantanément. Misha. Non c’était impossible, il ne pouvait pas être là… À tous les coups, c’était son esprit qui lui jouait des tours. Inconsciemment, il avait tellement envie de le voir qu’il se prenait à l’imaginer, c’était la seule explication possible. Pourtant, les secondes s’égrenèrent et sa vision ne disparaissait pas, restant toujours aussi nette, toujours aussi belle… Et il dut se rendre à l’évidence, Misha était réellement venu au bal donné par l’école. Partagé entre la joie de le voir alors qu’il s’était tellement langui de sa présence, et l’inquiétude qui le rongeait à l’idée de le savoir ainsi exposé aux yeux des gardiens mal intentionnés, il s’approcha de lui, le plus discrètement et naturellement possible. En aucun cas, il ne devait attirer l’attention sur lui. • Tu es vraiment inquiet pour lui, on dirait • • Bien sûr que je le suis... je suis contre tous ces meurtres, ce sont des êtres humains, bon sang ! Nous ne sommes pas si différents d’eux… • • Est-ce vraiment la seule raison ? Je sais qu’il y a autre chose, pourquoi essaies-tu de me mentir ? • • Tu m’agaces, Rhayn, laisse-moi vivre • Cette agressivité ne pouvait signifier qu’une seule chose : son totem avait vu juste. Cependant, il ne voulait pas l’admettre, ou du moins, il ne pouvait l’accepter parce que le jeune homme n’était pas fait pour lui. Pas seulement parce que c’était un profane mais surtout parce que Noam était fiancé et qu’il ne voulait pas le mêler à toute cette histoire. Pas tant que le mariage n’était pas annulé.

Lentement, il se glissa derrière Misha, prenant le temps d’observer la courbe de sa nuque, le contraste entre sa peau pâle et ses vêtements noirs, avant de se pencher subtilement pour sentir les fragrances enivrantes de son parfum. C’était exquis, pourtant, il ne devait pas perdre pieds. La présence du jeune profane relevait d’un choix stupide et dangereux qui mettait en péril sa sécurité. En effet, tout le monde ne serait pas aussi content que lui de le voir profiter ainsi de leur fête. « Misha ? Qu’est ce que tu fais ici ?! C’est dangereux… Et si les élèves du feu remarquaient ta présence… ? » Sa voix s’était fondue en un murmure léger mais ferme, se glissant sur le cou délicat du jeune homme. En aucun cas, il ne souhaitait lui reprocher d’être venu jusqu’ici, mais il ne cautionnait pas une idée si périlleuse, doutant de l’intégrité de nombreux apprentis gardiens. Et la simple idée de les imaginer en train de s’en prendre à lui le rendait malade. D’un pas souple, il vint se placer en face de Misha, l’observant malgré lui avec attention, comme si il ne voulait s’imprégner de son image. Néanmoins, il resta concentré sur la conversation, car rien n’était plus important que la sécurité du jeune homme. « Tu ne devrais pas rester là, sous leur nez… Bien sûr, je ne pense pas qu’ils oseraient agir comme ça, devant tout le monde, pas tant que la plupart de l’école ne se sera pas ralliée à leur cause, mais je n’ai pas très envie de parier là-dessus… » Pour ne pas dire que cette simple idée le révulsait totalement, faisant couler une rage indicible dans ses veines. Et, sans qu’il n’en ai conscience, sa main effleura le bras de Misha, comme pour appuyer sur l’importance de ses paroles. Pourtant, ce simple contact suffit à détourner l’attention de Noam ,qui ne pouvait, à présent, s’empêcher de vouloir le toucher à nouveau, goûtant au moindre contact, à la moindre étreinte… Mais il ne pouvait pas. Bien qu’il ne soit pas pris, il n’était pas libre non plus et malgré lui, il sentait l’étau se refermer autour de son âme. Mais son corps ne l’écoutait plus et ses doigts allèrent jusqu’à frôler la main du jeune homme avant qu’il ne parvienne à ramener nonchalamment son propre bras contre son corps. Troublé, il releva la tête et lui adressa un regard quelque peu gêné. Néanmoins, il put réprimer l’envie qui le tiraillait de se pencher vers le jeune profane afin de murmurer. « Mais ne te méprends pas, je suis content de te voir… » Il ne pouvait pas en dire davantage, même si cet aveu courtois n’était, en réalité, que la partie visible de l’iceberg. Mais il ne pouvait pas se permettre d’en dire plus, par pudeur mais aussi parce qu’il n’en avait pas le droit… Refoulant ce que Misha représentait pour lui, il essayait de se contenter des moments qu’ils partageaient afin de ne pas l’entraîner dans sa chute. Même si, ce soir-là, le danger se situait ailleurs et il avait beau scanner la foule, il savait que, si le jeune homme avait été repéré, il ne pourrait pas le sortir de là tout seul. La menace pouvait provenir de n’importe qui et surgir n’importe où. De quoi devenir paranoïque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 25
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Dim 19 Sep - 12:51


Excité comme si on lui avait planté des piles électriques sous la peau, Misha renonça à chercher Noam, priant quand même pour tomber sur au moins un visage familier d’ici la fin de la soirée. Peut-être… Cleylan ? Ou Kai… ? Pfff… même s’il les croisait, qu’est ce qui lui disait qu’il ne risquerait rien avec eux ? Ils étaient tous cap de le balancer à la première personne venue si ça se trouve…
Son ventre gargouilla et il chercha une table où il allait pouvoir s’installer. Se rapprochant de l’une d’elle où trônaient en majorité une bande de filles hystériques et deux mecs, dont l’un d’eux était Kyp. Se rapprochant encore, il se stoppa net alors que des brides de conversation lui parvenaient.
« - HEY ! Je sais qui t'es ! T'es le mec qui a mordu le prof de métamorphose !
- Oui, non, en fait je ...
- Mais si ! C'est quoi déjà ton totem ? Un lézard ? »
- Non, c'est un dinosaure ! Moi aussi je me rappelle maintenant que tu le dis !
Hum non… Un frisson le parcourut. Dans quel monde de fou il avait débarqué ? Un dinosaure pour totem ?!? ça existait encore ces bestioles !?! Genre, un T-rex ? Pour de vrai ? Il renonça bien vite à s’asseoir à cette table, il n’avait pas envie de se faire croquer le bras par une bestiole de JurassicPark, et s’enfonça encore plus dans la foule. De toute manière, il était hors de question qu’il s’asseye à la même table que ce connard de Kyp, cet ours dégénéré mental qui l’avait lâchement abandonné alors qu’il se trouvait dans une position plus que dangereuse. Tss. Un goût de rancœur remonta dans sa gorge et il se passa la langue sur ses lèvres, continuant de chercher une table à laquelle il aurait put songer à s’installer sans risquer de se faire bouffer.
Il sentit soudain un point brûlant dans son dos, signe que quelqu’un l’observait, et arrêta à nouveau sa progression. Il se serait bien retourner pour savoir qui le fixait ainsi avec tellement d’insistance qu’il en avait la chair de poule, mais préféra rester stoïque et immobile, le genre du parfait élève de première année innocent à souhait. Se tendant un peu malgré lui, il attendit que l’observateur daigne se présenter… et ne tarda pas à sentir une présence bien plus insistante dans son dos, suivit d’un léger courant d’air sur sa nuque. Putain mais retourne toi et fou lui un poing dans la tronche ! Brise lui les couilles avant de t’enfuir, t’as été repéré mon pote ! Plus les secondes s’écoulaient et plus il était sous tension… Mais la voix qui brisa le silence de sa bulle le rassura immédiatement, comme une douce félicité qui envahissait ses veines… « Misha ? Qu’est ce que tu fais ici ?! C’est dangereux… Et si les élèves du feu remarquaient ta présence… ? » C’était la voix de Noam… et même si ces paroles ressemblaient fortement à une réprimande, il ne put s’empêcher de sourire. L’élève de Terre le plus beau du monde lui adressait la parole ! YOUHOU ! Lui qui avait cru qu’il ne le croiserait pas de la soirée… Peut-être pouvait-il se retourner maintenant ? Peut-être même pouvait-il lui rouler une pelle ? Nan, shit, pas ça, on se concentre, c’est l’heure de répondre. « Je suis un élève de première année, c’est normal que je sois là (a). » Chuchota t’il malicieusement, car il savait que Noam connaissait son identité par cœur et qu’il ne serait jamais dupe face à un tel mensonge. De toute manière, il ne chercherait jamais à lui mentir. Parce que c’était bien la seule personne envers qui il avait une confiance absolue. Misha releva les yeux lorsque Noam se glissa face à lui, et retient son souffle, le détaillant déjà des pieds à la tête, ne pouvant résister à l’attraction que ce dernier exerçait sur lui. Il était sublime. Magnifique de haut en bas. Damned. Pourquoi Misha n’avait pas eut la même judicieuse idée d’associer une chemise blanche avec un jeans et sa veste pourrav de costard ? Ils auraient été assortis… Il était tellement sexy ! Il l’aurait violé. « Tu ne devrais pas rester là, sous leur nez… Bien sûr, je ne pense pas qu’ils oseraient agir comme ça, devant tout le monde, pas tant que la plupart de l’école ne se sera pas ralliée à leur cause, mais je n’ai pas très envie de parier là-dessus… » Le profane leva les yeux au ciel. Il nous pondait quoi là ? Une crise d’inquiétude ma parole, pourquoi il réagissait comme ça ? Il voulait qu’il parte ? Il n’était pas content de le voir ? Son cœur se serra à cette pensée, avant de battre soudainement plus fort lorsque la main se Noam effleura son bras… Ce simple contact suffisait pour mettre le feu à ses joues, et il voulut retirer son bras. Mais il en fut incapable, car à présent ses doigts venaient de frôler ceux de l’élève. Il allait lui prendre la main ? Pourquoi ? Qu’est ce qu’il foutait là ? S’il voulait le mettre mal à l’aise c’était réussit. Il croisa son regard gêné et mit ses mains dans ses poches pour pouvoir mettre fin à tout autre tentative de contact. Non pas qu’il n’en avait pas envie, au contraire… Il en crevait de désir, et c’était ça qui était dangereux. Il ne devait pas céder, parce qu’il n’avait rien à y gagner à part un rateau. Donc bon… « Mais ne te méprends pas, je suis content de te voir… » Ah ? Vraiment ? C’était sournois de lui faire croire une telle chose… ça lui donnait de faux espoirs, et se connaissant, il savait d’avance qu’il allait passer la soirée à se raccrocher à cette phrase providentielle, y plaçant nombre de compromis et de sous entendus inventés. Il aurait fallut qu’il se bouche les oreilles tient… « Moi aussi, je suis content de te voir. » Chuchota t’il, un léger sourire plissant le coin de ses lèvres. Dès qu’il levait les yeux vers lui il avait envie de l’embrasser. Alors aussitôt il braqua à nouveau son regard au sol et tenta vaille que vaille de l’y laisser. Il observait ses pieds sans savoir quoi ajouter, vu que son cœur de toute manière allait bientôt lâcher. D’ici dix minutes il crèverait d’un arrêt cardiaque à coût sur… « J’ai faim. » Finit-il par lâcher en relevant légèrement ses yeux d’azur pour les poser sur la gorge de Noam. Ne pas regarder ses lèvres, c’était l’essentiel. « J’étais en train d’me chercher une table… Tu veux qu’on s’installe à la même ? » Un pas plus tard il était encore plus proche de l’élève que jamais auparavant il n’avait osé l’être et frôla à son tours son bras dans un effleurement silencieux, lui intimant d’accepter la proposition. Il voulait à tout prix passer sa soirée le plus prêt possible de lui, ne plus le quitter des yeux, jamais… Il avait de l’espoir hin ? Comme si Noam en avait quelque chose à foutre de lui. Quoique vu qu’il était venu lui adresser la parole, c’est qu’il s’intéressait un peu à lui quand même, non ? Mais enfin… ce n’était pas ce genre d’attention là qu’il recherchait chez le gardien, et d’ailleurs, il n’obtiendrait jamais ce qu’il voulait de lui. Alors il était grand temps de remettre les pieds sur terre et d’ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Noam A. Harrows

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 180
â g e : 28
t o u r : Terre
t o t e m : Panda roux
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Ça sera lui, ou rien.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 22 Sep - 18:39


Un élève de première année, hein ? À première vue, Misha avait déjà prévu un plan au cas où on lui poserait des questions, mais est-ce que ça serait vraiment suffisant ? Noam n’était pas rassuré à ce sujet et il dut se retenir afin de ne pas entraîner le jeune homme loin de ce lieu bien trop fréquenté par les membres de la révolte. Cette réaction pouvait paraître excessive, voire même ridicule, mais il perdait toute notion des réalités lorsque qu’il s’agissait du jeune profane. Jamais il ne s’était retrouvé à agir de la sorte auparavant. Pourtant, il avait connu bien d’autres hommes, il en avait aimé aussi, mais celui-ci était différent… Il n’aurait su dire pourquoi il se sentait à ce point attiré par lui, au point d’en souffrir parfois. Parce qu’il ne pouvait le toucher, ni même lui faire part de ce qu’il pouvait ressentir. Alors qu’il le trouvait si beau, si désirable, avec ses cheveux en bataille, son regard brillant… C’était une véritable torture de se tenir si près de lui sans pouvoir goûter à ses lèvres, à sa peau, sans pouvoir entremêler ses doigts aux siens, ni l’attirer tout contre lui jusqu’à ce que sa chaleur ne vienne se mêler à la sienne… Tout cela lui était interdit et malgré tout, il ne pensait qu’à ça et lorsque ses yeux se posaient sur lui, cette tentation n’en était que plus douloureuse. Cependant, paradoxalement, il se languissait de le voir à nouveau dès qu’ils se séparaient. Un véritable dilemme qui ne tarderait pas à lui brûler les ailes. D’autant plus que le geste de Misha ne lui avait pas échappé : il avait glissé ses mains dans ses poches, dans le but de l’empêcher de le toucher. Le message était clair et son cœur se serra légèrement même si Noam ne lui en voulait pas. C’était mieux ainsi. Après tout, le jeune homme avait raison de se protéger de lui.

« Moi aussi, je suis content de te voir. »
Un murmure qui suffit à détourner son attention et à le faire espérer que le jeune profane appréciait tout de même sa compagnie. Au fond, il n’en demandait pas davantage puisque de toute façon, il ne pouvait rien partagé de plus… Pourtant, ce sourire, ses lèvres… Qu’il était cruel de ne pas pouvoir y goûter au moins une fois. C’était si tentant… Détournant le regard, il essaya d’oublier ses désirs interdits afin de ne pas avoir à nouveau un geste malheureux. Après tout, Misha aurait pu le prendre mal à la longue et il se refusait d’imaginer les conséquences que cela pourrait avoir sur leur relation déjà si fragile. « J’ai faim. » Surpris, Noam ne put s’empêcher de laisser à nouveau ses prunelles effleurer son visage tandis qu’un léger sourire se glissait sur ses lèvres. Vraiment, il ne comprenait pas pourquoi il s’évertuait à se torturer l’esprit de cette façon, il était si bien à ses côtés, la soirée prenait un tout autre sens et c’était ça le plus important, non ? Dans tous les cas, ruminer n’arrangerait pas les choses, alors autant s’enivrer de ces moments avant qu’ils ne disparaissent, ne laissant qu’un vide. Quoi qu’il arrive, ses problèmes l’attendraient sagement et ils seraient toujours là lorsque Misha retournerait dans ce monde qui, à présent, n’était plus le sien, dressant un nouveau mur entre eux. Comme si il n’y avait déjà pas assez d’obstacles. « J’étais en train d’me chercher une table… Tu veux qu’on s’installe à la même ? » Les tables… Noam les avait complètement oubliés, tout comme il avait oublié qu’il avait faim, n’ayant rien mangé depuis le matin. À vrai dire, il n’avait jamais été un gros mangeur, mais tout de même, son impulsivité commençait sérieusement à devenir handicapante. Son inquiétude maladive aussi, du moins lorsqu’il s’agissait des personnes qu’il considérait comme étant importantes à ses yeux. Et à ce titre, Misha était très bien placé. Alors, lorsque le jeune homme effleura son bras, faisant naître une multitude de frissons sur sa peau, il resta immobile, se demandant sérieusement à quoi il jouait. Pourquoi répéter un tel geste après avoir repousser le sien ? S’amusait-il à ses dépens ? L’idée même que se puise être le cas, lui laissait un goût amer. Cependant, il ne s’attarda pas sur la question, préférant scruter la salle des yeux à la recherche d’une table libre, qu’il ne tarda pas à dégoter. Après tout, la question ne se posait même pas à ses yeux, il était évident qu’il n’allait pas passer la soirée avec qui que ce soit d’autre. Se tournant à nouveau vers Misha, il lui adressa un sourire en coin. « Tu es certain de pouvoir me supporter ? » Il prenait un ton léger, comme à son habitude, masquant ainsi la faiblesse qui l’animait toujours lorsqu’il était en sa compagnie. En effet, le jeune profane ne devait pas apprendre les doutes qu’il éveillait en lui, au risque de tout gâcher entre eux. De ce fait, il donnait l’air d’être à l’aise et ce, même si sa gêne transparaissait parfois dans son attitude, il pouvait rapidement contrebalancer cet écart. C’était une question d’habitude, quasiment innée chez lui.

D’un geste souple, il désigna une table dans un coin de la salle qui, en plus d’être libre, était très bien située. De là-bas, ils auraient une vue sur l’ensemble de la pièce sans se retrouver entourés de tous les côtés par les autres tables. « Si tu penses pouvoir y arriver alors que penses-tu de la table qui se trouve là-bas ? » Son regard passa furtivement du lieu désigné, au visage de son jeune compagnon, espérant qu’il ne refuserait pas de le suivre. Pourtant, dissimulant son inquiétude à la perfection, il lui décocha un sourire amusé avant de se diriger vers la table. Bien sûr, la politesse aurait exigé qu’il attende la réponse mais il n’était pas vraiment habitué à ce genre de situation. Certes, il était bien trop accoutumé à la politesse et à l’étiquette désuètes qui était de mise dans ce genre de soirée, mais il n’était par contre pas dans ses habitudes de lutter ainsi contre ce qu’il désirait, l’enfouissant au fond de son être afin de l’ignorer superbement. Du moins, c’était ce qu’il se plaisait à croire mais en vérité, il était complètement perdu et cette constatation l’effrayait au plus haut point. Comment pouvait-il à ce point perdre pied pour une simple attirance ? Parce qu’il ne s’agissait que de ça, hein… N’est-ce pas ? Oui, cela ne pouvait pas être autre chose, il ne pouvait pas se le permettre. Il était fiancé et le simple fait d’y penser l’écoeura. Rien ne lui déplaisait plus que ce stupide mariage ; il l'avait en horreur.

Machinalement, il s’immobilisa devant la table, évitant le regard de Misha ; il n’était pas vraiment fier de son comportement, mais il valait mieux ça, que de laisser transparaître le trouble qu’il ressentait. Au fond, si le jeune homme finissait par se lasser de ses conneries, cela faciliterait les choses. Enfin, pas vraiment, il en souffrirait, c’était certain mais c’était sûrement mieux ainsi, avant que le profane ne découvre tout. Parce qu’à ce rythme là, cela finirait rapidement par arriver… Noam avait honte de l’admettre, mais il n’avait jamais eu aussi peu d’emprise sur les choses et il accumulait les erreurs, envoyant des signaux contraires, plus flous les uns que les autres. Se concentrant sur la nourriture qui se trouvait déjà sur la table, il essaya de ne penser qu’à ce sujet futile afin de ne pas déraper à nouveau. Sa main effleura alors le bord d’une assiette tandis qu’il s’adressait à Misha. « Je te conseille de goûter ses galettes, ce n’est pas la première fois qu’ils en font et elles sont toujours bonnes. Tout comme les tartelettes au fromage qui sont juste à côté. » Joignant le geste à la parole, il s’empara de l’une des galettes afin de croquer dedans à pleine dent. Le goût familier réveilla ses papilles avec délice et il ferma les yeux. Comme quoi certaines choses pouvaient être simples dans la vie, il fallait juste s’y accrocher et peut-être que ses problèmes le laisseraient en paix au moins quelques minutes, voire quelques heures. Peut-être n’était-ce qu’une illusion futile mais il n’avait pas vraiment envie de continuer à se morfondre ainsi comme un enfant gâté qui n’obtient pas ce qu’il veut, plus que tout. Silencieusement, il invita Misha à prendre place à ses côtés alors qu’il s’asseyait sur la chaise qui se trouvait dos au mur. Son regard voyagea sur l’ensemble de la salle de bal et pour la première fois, il aurait aimé pouvoir faire comme ses camarades et profiter de cette soirée pour faire comprendre à celui qui hantait ses pensées, à quel point il se languissait de lui. Mais c’était impossible. Parce que le jeune homme ne s’intéressait pas à lui et que lui-même aurait du en faire de même. Oui, il aurait du…


HJ - désolée, c'est pourri éè
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Jii K. Kyûshû

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 43
â g e : 29
a r r i v é e : 28/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : T.T
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 22 Sep - 21:49

Splendide… C’est le seul mot qui venait lorsque Jii contemplait la salle. La voir éclairée aurait suffit à son bonheur mais la voir ainsi décorée l’emplissait d’une joie intense. Elle se sentait comme une princesse longtemps cloîtrée dans la cave et qui a enfin eu droit de chausser ses pantoufles de vair pour monter les marches menant à la lumière. Même si la lumière en question était artificielle et que la Profane ôterait son habit de fête plus tôt que tous ceux ici présent. Il n’empêchait qu’elle était pour le moment telle une enfant à Noël, éblouie par la taille du sapin et par les cadeaux répandus alentour. Il en fallait peu pour faire plaisir à Jii cependant et le sursaut factice de Clarence associé au compliment qu’elle lui fit amena un immense sourire sur ses lèvres alors qu’elle rougissait légèrement. Elle, faire tourner des têtes ? Le jour où un Gardien s’intéresserait à elle de cette façon ne semblait pas encore être venu… Et puis même… elle se demanderait sûrement ce que quelqu’un d’aussi fascinant pouvait bien lui trouver à elle, la banale enfant sans pouvoirs ni totem. Elle se demandait d’ailleurs quel effet ça pouvait bien faire de n’être plus seul dans son corps ni dans sa tête. Est-ce que la sensation l’effraierait ou au contraire l’émerveillerait ? Est-ce qu’elle se sentirait complète ou divisée ? Est-ce qu’elle s’entendrait bien avec son totem ? Est-ce qu’il prendrait le dessus sur elle ou est-ce qu’ils sauraient cohabiter ensemble ? C’était toutes ces questions auxquelles elle n’aurait jamais de réponses qui la tracassait. Peut-être bien plus que le fait d’être une Profane. C’était voir sans savoir…

En parlant de savoir, Clarence mettait le doigt sur la seule chose que Jii savait sur cette soirée : non, non, elle n’avait pas le droit d’être là, pas vraiment… Absolument pas même. Quoique personne ne lui ait réellement interdit mais la logique voulait que les Profanes ne se baladent pas dans les lieux uniquement réservés aux Gardiens. Allez savoir pourquoi ! Jii n’avait jamais très bien assimilée cet état de fait : la preuve ! Aussi l’inquiétude de Clarence était-elle logique. Beaucoup plus en tout cas que la nonchalance de la Profane à se trouver là. Ah Jii… Innocente enfant si confiante dans la race humaine, persuadée que tous pouvaient s’entendre sans se massacrer. Persuadée qu’elle était autant en sécurité ici que dehors. Naïve gamine qui croyait que vouloir suffisait à tout avoir. Son enfance et la perte de ses parents auraient pourtant dû la mettre sur la voie : tout n’est pas toujours rose et le chemin a emprunter pour grandir est pavé de ronces. Malgré tout, le reste de sa vie avait été assez doux. Trop peut-être puisqu’elle n’avait pas une once de plomb dans la cervelle en ce qui concernait les relations humaines. Elle donnait trop, trop vite et allait trop loin. L’angoisse qu’elle octroyait à sa meilleure amie suite à sa présence réussirait peut-être à la faire réfléchir quant au danger qu’elle courrait. Peut-être oui. Ou pas. C’était mal parti en tout cas.

«  Euh… Y’avait pas de panneaux interdits à l‘entrée… »

Elle avait pris sa voix la plus innocente et sa bouille de chaton perdu tentait de faire flancher Clarence. Le fait que la Gardienne se saisisse de sa main pour la serrer légèrement lui fit soudainement prendre conscience que la jeune fille était réellement sur le qui vive et qu’elle n’avait pas pensé qu’elle entraînait Clarence dans son jeu de cache-cache en venant la saluer si ouvertement. Il allait donc falloir qu’elle soit plus prudente et qu’elle se fasse discrète. Si tant est que Jii en soit réellement capable, ce qui n’était pas sûr. Encore moins alors que l’humeur était à la fête. Se mordillant la lèvre, Jii baissa un instant la tête avant de redresser le nez pour adresser une grimace désolée à sa compagne.

« Je ne resterais pas très longtemps de toute façon. Mais je ne pouvais pas ne pas venir. »

Elle s’était enflammée à mesure qu’elle parlait, sa dernière phrase ayant rallumé l’étincelle de magie souvent présente dans son regard émerveillé.

« Tu comprends ? »

Le ton était presque désespéré. Si même Clarence ne réussissait pas à saisir l’importance de sa présence en ce lieu ce soir, elle perdrait beaucoup de ce qui faisait qu’elle était là comme une évidence. Oh d’ailleurs en parlant d’évidence… La présence non accompagné de sa meilleure amie lui faisait venir une question aux lèvres.

« Tu n’as pas de cavalier ? »

Si ça se trouvait, Jii la dérangeait à rester près d’elle alors qu’elle devait rejoindre quelqu’un…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Invité

Invité
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Ven 24 Sep - 13:14

      « Dellà ? »
      « Quoi ? »
      « T’as quelqu’un pour le banquet de rentrée ? »
      « Non. »
      « Maintenant oui. »


    Puis il s’était levé sans un mot, prenant la direction de leur tour. Ça n’avait jamais été plus compliqué que ça entre eux. Duncan la savait préoccupée depuis la fin de l’été mais il savait qu’elle n’aurait pas supporté qu’il mette son nez dans ses affaires. Et en toute franchise, il n’en avait pas vraiment envie. Les histoires de filles, c’est pas son fort.

    Le soir tant attendu par certains et tant redouté pour d’autres arriva bien plus vite qu’ils ne l’auraient tous les trois souhaité. Pour sa part, Duncan n’avait jamais vraiment été particulièrement attiré par ce genre de réceptions, il ne s’y sentait tout simplement pas à sa place. Mais il s’était décidé à faire un effort cette année. Pourquoi celle-ci en particulier ? Il n’en avait pas la moindre idée, il le faisait c’est tout. Il poussa le vice jusqu’au bout et emprunta le dortoir d’un ami pour se préparer, sachant pertinemment que Dellà devait se trouver dans le dortoir qu’ils partageaient. Son smoking était lavé, repassé et ajusté. Ce n’était pas une grande marque, il se foutait bien de l’étiquette qui le gratterait toute la soirée et que personne ne verrait. A moins que … Non, pas ce soir, il était avec Dellà et il ne la laisserait pas tomber. Pas ce soir. Il enfila sa chemise blanche et passa par-dessus une veste noire, sobre mais élégante. Il enfila ensuite un jean droit, noir toujours. Duncan fit un passage rapide par un miroir, passa une main incertaine dans sa tignasse châtain et se déclara comme prêt.

      « Je commençais à croire que tu ne te déciderais jamais à enfiler ce costume. »


    La voix de son Totem résonnait dans sa tête. Duncan sourit, amusé par la réflexion de l’aigle.

      « Et bien tu vois, je me suis finalement habillé. Remarque, y aller sans rien sur le dos ne m’aurait pas dérangé… »
      « Duncan… T-t-t. »
      « Ça va, je blague. Dérides toi l’animal. »


    Un rire sourd et puissant se fit entendre. Le jeune homme eut un frisson qui lui parcouru l’échine et lui hérissa le poil.

      « Euh… Ouais, en fait, tu sais quoi, c’est mieux si tu te contentes de sourire. »
      « C’est bien ce que je pensais. File maintenant, tu es en retard. »


    Suivant les indications d’Alibi, Duncan se chaussa de ses converses noires et passa la porte de leur salle commune. Il passa autour de son col le tissu de son nœud papillon et arriva rapidement devant la salle de bal où la fête battait son plein. Il noua le bout de tissu autour de son cou mais dû s’y reprendre à trois fois avant d’arriver à un résultat convenable. Finalement, il entra dans la salle, la balayant du regard pour la retrouver. Dellà était une des plus belles femmes de l’école, ce n’était donc pas trop dur de la trouver dans la foule. Il s’avança vers la table où elle était assise. Duncan lui saisit sa main et la baisa, se penchant galamment.

      « J’espère que je ne t’ai pas trop fait attendre. Annabeth. »


    Il lui fit un signe de tête qui voulait en dire long mais n’alla pas plus loin. Elle n’était pas stupide et comprendrait très certainement ce que Duncan voulait insinuer.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

________________________
Dellà N. Romanskaïa

Elève Air
j'apprends à dompter le vent.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 356
â g e : 29
t o u r : Air.
t o t e m : L'hirondelle.
a n n é e : 6ème année.
a r r i v é e : 31/08/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Lui ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Ven 24 Sep - 18:08



De plus en plus d’élèves faisaient leur entrée dans la salle, et un brouhaha général se faisait entendre, alors que le bal n’avait toujours pas encore vraiment commencé. Qu’attendaient-ils pour faire danser les élèves ? Soupirant un peu, Dellà remarqua non loin de là, Clarence dans une robe pour le moins courte. Elle arqua un sourcil en la regardant de haut en bas avant de regarder ailleurs. C’est là qu’elle vit sa meilleure amie entrer dans la salle en se dirigeant vers elle. Mais.. Que faisait-elle là ?! La jeune russe la regarda un peu surprise, tandis qu’Anna s’asseyait en face d’elle.
« Tu permets que je te tienne compagnie le temps que ton cavalier arrive ? »
« Bien sur ! Mais Anna, que fais-tu ici ?! Toi qui disait être la seule élève qui ne participerait pas au bal ! »
Dellà regarda un instant sa meilleure amie avant d’éclater de rire.
« Je suis quand même très heureuse de te voir ! Surtout que tu es magnifique dans cette robe ! »
La jeune blonde fit un beau sourire sincère à Annabeth, la trouvant réellement belle dans cette robe bleue. Elle prit la bouteille d’eau posée sur la table et servit Anna, avant de se servir elle-même. Elle but une gorgée puis son regard se posa sur la jeune Terre qui la regardait d’un mauvais œil. C’est vrai qu’Anna et Clarence étaient amies.. Sans doute que la Renarde prenait mal le fait qu’Annabeth soit venue vers Dellà plutôt que vers elle ? Était-elle donc si égoïste et stupide que cela pour ne pas comprendre que Dellà et Annabeth étaient toujours fourrées ensemble ? Soupirant légèrement, la jeune russe se tourna vers son amie.
« Tu sais, tu aurais pus aller voir Clarence, cela ne m’aurait pas dérangé. Par contre, elle, ça a l’air de bien la déranger que tu sois venue vers moi… Tu devrais peut-être essayer d’arranger ça avec elle une bonne fois pour toute. Cela m’embêterait qu’elle commence à te détester tout comme elle me déteste. »
Elle lui fit un clin d’œil, puis se remit à rire. C’est alors qu’elle vit Misha se balader dans la salle. Misha. Profane. Dans la salle de bal. Heeeu ? Dellà arqua un sourcil, se demandant ce qu’il pouvait bien faire là, puis haussa les épaules, avant de voir son cher fiancé s’approcher de son ami Misha. Noam et Misha se connaissaient ? Oh, possible après tout. Rien d’anormal à cela. Dellà haussa de nouveau les épaules, mais resta un moment à les regarder sans trop savoir pourquoi. Elle se rappela qu’elle devait parler à son cher fiancé, à propos de rumeurs pour le moins désagréable les concernant tous les deux.. Elle dériva finalement son regard, préférant ne pas penser à ce mariage arrangé pour le moment. Elle allait parler à son amie, quand elle le vit. Duncan. En costume noir. Plus classe que jamais. Il traversa la salle pour venir jusqu’à elle. Une fois à ses côtés, elle n’eut pas le temps de parler qu’il lui prit la main pour y déposer ses lèvres. Un léger frisson parcourus le corps de Dellà, tandis qu’elle regardait son cavalier avec un sourire. Il était bel et bien là, avec un peu de retard, certes, mais il était là.
« J’espère que je ne t’ai pas trop fait attendre. »
Elle ouvrit la bouche pour lui répondre, mais elle n’en n’eut pas le temps.
« Annabeth. »
Apparemment, la présence de sa meilleure amie gênait son cavalier. Ooooh, pauvre petiit. La belle blonde se leva avec un sourire amusée, et elle s’approcha de Duncan, assez pour pouvoir lui glisser quelques mots à l’oreille.
« Anna m’a tenus compagnie pendant le long moment où je t’ai attendus, alors évite ce genre de regard envers elle. Compris ? »
Elle lui lança un regard insistant avant d’aller vers sa meilleure amie. Elle lui déposa un baiser sur la joue, lui souffla un merci et un désolée, puis lui accorda un dernier regard avant de prendre la main de son cavalier et de l’emmener un peu plus loin.
« Mon totem avait parié que tu viendrais en retard, et que tu serais torse nu et en jean. Elle avait raison sur un point. »
Elle se mit à rire avant de se positionner en face de Duncan. Son regard dériva dans la foule pour se poser sur Noam quelques instants. Elle baissa le regard avant de poser ses yeux sur son cavalier.
« Pourquoi tu m’as invité à ce bal ? Je sais très bien que ce n’est pas le genre d’endroit où tu te sens bien. Alors pourquoi y être venus cette année ? Et pourquoi avec moi ? »
Penchant sa tête sur le côté, ses yeux étaient fixés sur ceux de Duncan dans un regard plein de curiosité. Sa main tenait toujours celle de son ami, tandis qu’elle jouait avec ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/lemonstrerose/

avatar

________________________
Clarence F. Desmond

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Féminin
m e s s a g e s : 316
â g e : 26
t o u r : Terre
t o t e m : La Renarde
a n n é e : 4°Année
a r r i v é e : 03/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Sûrement un homme, mais lequel ?
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Sam 25 Sep - 16:04

    « Tu sais ce qu’elle risque Clarence, tu devrais la dissuader de rester pour son bien. »
    « Je sais, mais je ne veux pas rester toute seule, je la protégerais si quelque chose arrive, et toi aussi tu m’aideras à la protéger. »


    Le silence de Klami voulait tout dire, il voulait dire qu’elle serait avec moi et qu’elle m’aiderait, je la remerciais. Puis Je regardais mon amie, elle avait le don de me faire flancher avec sa petite bouille de chaton mignon qui me donne envie de la prendre dans mes bras et de la protéger. Elle comptait énormément pour moi, je ne pouvais pas la perdre, je ne le tolérais pas. Je saisis sa main fermement, pour être sur qu’elle reste prés de moi. Puis je la serrais contre moi et la relâchais. Je jetais un œil sur les autres je vis Misha, il parlait avec Noam. Lui aussi risquait beaucoup, je m’inquiétais, d’ailleurs j’étais tellement inquiétais que la fleur présente dans mes cheveux en subissait les conséquences, elle était devenue plus terne, et avait perdu quelques uns de ses pétales. Elle me fit la promesse qu’elle ne restait pas longtemps, mais je voulais qu’elle reste, je n’avais pas de cavalier et personnes d’autres à qui parler, Seed était en grande conversation avec quelqu’un d’autre, Annabeth m’avais laissée tomber pour Dellà qui avait était rejoins par son cavalier.

    « Reste avec moi Jii, je te protégerais si quelque chose arrive, et je comprends tout à fait ne t’en fais pas, à ta place j’aurais sûrement fait la même chose. »

    Puis elle toucha une corde sensible, le cavalier. Non je n’en avais pas, aucun des garçons n’avaient voulu m’inviter, je ne comprends pas pourquoi, je suis pourtant jolie et agréable, peut-être qu’ils préfèrent les allumeuses du feu sans faire de mauvais jeu de mot. Moi qui n’ai fait l’amour qu’une seule fois avec le même garçon, Cleylan, un jeune homme de ma tour. Notre idylle est passionnelle, nous nous aimons, nous nous détestons, a vrai dire on ne sait pas trop où on en est, mais nos ébats sont toujours très intenses. Je soupirais un instant, je me rendis compte que je tenais toujours la main de mon amie. Je levais mon regard mélancolique vers elle et dans un soupir je lui répondis.

    « Non je n’ai pas de cavalier, mais je n’en ai plus besoin car tu es là. On peut se passer d’un garçon après tout, tu ne crois pas. »

    Je lui souris, puis saisi une fleure du décor et la plaça dans les cheveux de mon amie. La mienne avait repris un peu de couleur. Je tenais à passer une bonne soirée en sa compagnie. Après Seed, elle était sûrement la personne a qui je tenais le plus sur cette terre et si ma tendre mère était encore là, elle serait la troisième, et j’espérais que là où elle était, elle était fière de moi. J’ai souvent eue l’impression qu’elle était avec moi, j’avais souvent la sensation de sentir sa présence à mes côtés, comme à cette instant j’avais l’impression de sentir son souffle sur ma nuque, je souris à cette pensée irréaliste.

    « Tu veux danser ? »

    Fis-je avec un sourire, tout en lui montrant la piste d’une main et l’invitant de l’autre. Certes saurais put paraître étrange de voir de jeunes filles danser, mais on était là pour s’amuser non ? Alors autant en profiter dés maintenant avant qu’un malheur n’arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 25
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 29 Sep - 22:57


Misha ne perdit pas une miette de chaque mouvement de Noam. Chaque millimètre parcourut par son regard fut capté par ses prunelles. Il admira silencieusement son fin profil tandis qu’il jetait un coup d’œil aux tables, avant que ses lèvres ne se scindent pour laisser parvenir jusqu’à ses oreilles sa voix envoûtante : « Tu es certain de pouvoir me supporter ? » Misha réprima une grimace. Quel manque de tact. Bien sur que oui, il pouvait le supporter ! Il y aurait même passé toute sa vie si seulement il en avait la possibilité ! Quelle idiotie !....
Il suivit des yeux la direction que Noam indiquait, aperçut une table vide assez bien placée par rapport au reste de la salle et s’en voulut intérieurement de ne pas l’avoir repéré plus tôt, alors que Noam lui, l’avait trouvé en à peine quelques instants. « Si tu penses pouvoir y arriver alors que penses-tu de la table qui se trouve là-bas ? » Le sourire amusé qu’il lui adressa le fit frissonner, alors que son regard retombait dans le sien, juste avant qu’il ne le regarde s’y diriger d’un pas souple, fendant la foule sans aucune difficulté. Séduit, Misha lui emboîta le pas. De toute manière, il l’aurait suivit n’importe où. Les yeux rivés sur ses talons devant lui, il tenta de maîtriser les battements de son cœur qui ne demandaient qu’à s’affoler à mesure que l’angoisse montait. Mon dieu, de quoi allaient-ils pouvoir parler ? Etait-ce vraiment raisonnable de se rapprocher ainsi de lui ? Et si ça se trouve ils allaient danser… Voilà, son cœur partait au quart de tour rien qu’à cette idée si… irrésistible. Comme l’était Noam d’ailleurs. Il était diablement sexy dans cette tenue, et Misha avait bien du mal à se retenir de ne pas lui sauter dessus pour découvrir le goût de sa peau. Quel pouvait-il être ? Canelle ? Plutôt caramélisé ? Ou chocolaté ?... D’après son odeur le profane partait plutôt sur une saveur sucré et douce, quelque chose de très agréable, assurément. Il frémit entièrement alors que son imagination se mettait en branle, se plaisant à déshabiller le jeune homme qui se trouvait face à lui de la plus exquise des manières… Non non et non, jamais. Ça ne serait jamais possible, alors stop toi là Misha, arrêtes de jouer à l’abruti. « Je te conseille de goûter ses galettes, ce n’est pas la première fois qu’ils en font et elles sont toujours bonnes. Tout comme les tartelettes au fromage qui sont juste à côté. »
Le jeune profane sortit de ses pensées en entendant cette voix si familière. Ah, ils étaient déjà arrivés ? Toujours vide, sur la table était posée de nombreuses assiettes contentant divers petits gâteaux d’amuse gueule. Suivant l’exemple de Noam, Misha prit une galette et croqua dedans. Il avait presque oublié son estomac criant famine, durant ces minutes de « transe » où son esprit s’était entièrement tourné vers l’élève de Terre. Il ne savait même pas quel était son animal totem… peut-être un rongeur ? Ou un sublime loup… une hermine ? Qui sait, peut-être le verrait-il un jour…
Comme l’avait dit Noam, la galette était délicieuse et il la termina en quelques croques, mais il ne savait toujours pas quoi dire pour combler le silence qui s’était installé entre eux, et lorsqu’il s’assit à côté de celui qu’il aimait, il dut lutter avec violence contre son envie de s’assoir sur ses genoux pour passer ses bras autour de sa nuque et l’embrasser fougueusement. Il en crevait de désir ! Tient d’ailleurs, en philo le jour même il avait étudié le désir… formé de deux mots latins : dé-sidera, le préffixe dé qui signifiait « être privé de », et sidera qui voulait dire Etoile. Etre privé de son étoile. Noam était une étoile. Son étoile, son astre, son unique… Il avait passé les 2h à penser à lui, et voilà qu’il l’avait à porter de lèvres ce soir et qu’il se trouvait incapable d’agir ! Mais quel crétin ! Il se serait donné des baffes. « Alors... » Commença t’il doucement, un peu intimidé par son apparente facilité à être à l’aise ce soir… ce qui était tout sauf son cas. « Il y a donc un bal ce soir ?... » Allez, ose, n’ose pas, ose, n’ose pas… C’était trop con, il allait se prendre un râteau. Demandes, qui ne tente rien n’a rien ! Oui mais s’il demandait, Noam dirait non. Il avait surement déjà prévu de passer sa soirée avec quelqu’un… C’était tellement stupide d’espérer attirer totalement l’attention d’un être tel que lui… Bon sang, qu’il l’aimait. Il avait tellement envie de l’embrasser… Ses lèvres si voluptueuses n’appelaient que lui….
Et puis merde quoi.
« Tu as hum… un cavalier ? » Les joues soudain en feu, Misha engloutit trois galettes au fromage sans même regarder ce qu’il prenait, tout entier choqué par ce qu’il venait de demander. Ouai, en gros il avait demandé à Noam s’il voulait bien être son cavalier. Nan mais, c’était vraiment n’importe quoi ! Comme s’il allait vouloir… Misha le voyait plutôt danser avec des gens de son… « espèce », comme Cleylan, ou Kyp… Ils étaient bien plus assortis qu’avec lui. Ou même pourquoi pas, pour paraître normal, avec une fille. Il avait aperçut Clarence tout à l’heure, du moins il lui avait semblé que c’était elle, mais il n’était pas certain. Noam aurait put l’inviter à danser, non ? Elle aurait peut-être été contente… lui, il se devait de rester à l’écart. La seule personne avec qui il aurait put danser ce soir était Noam. Il n’avait pas assez confiance envers les autres pour faire ce genre de choses. Les risques étaient trop grands ce soir, et il voulait rester prudent.
Noam… Ce nom voltait dans son esprit, monopolisant la moindre de ses pensées, où l’élève de Terre régnait comme un dieu depuis qu’il l’avait rencontré. Noam, pitié dis moi que tu n’as pas de cavalier, sinon je pique une crise ! *out*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Noam A. Harrows

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 180
â g e : 28
t o u r : Terre
t o t e m : Panda roux
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Ça sera lui, ou rien.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Lun 4 Oct - 2:57


Derrière ses allures à l’aise, Noam se sentait perdre pied… Misha était si proche de lui. Il aurait pu le toucher, le prendre dans ses bras, l’embrasser. Tout envoyer valser. Son monde, son père, ce mariage sans avenir. Et dieu sait à quel point il en rêvait. Pourtant, il ne parvenait pas à esquisser le moindre geste, il le désirait tellement qu’il en était paralysé, réduit au silence. C’était pitoyable. Ses forces l’avaient quitté et il se sentait toujours faible lorsqu’il s’agissait de ses sentiments. Parce qu’il n’avait jamais su, ou encore jamais pu, les exprimer convenablement. A présent, il n’en avait plus le droit et si il avait peur d’apprendre que Misha ne ressentait rien pour lui, il craignait davantage encore de l’entraîner vers un chemin interdit. Alors pourquoi ne pas partir tout de suite et le préserver ? • Tu as raison, tu n’es qu’un égoïste. Alors assume, ou pars et laisse-le • C’était douloureusement vrai. Il ne pensait qu’à lui et à son besoin de voir le jeune homme, sans penser aux conséquences de ses actes. Parce qu’il n’avait jamais regretté la moindre de ses décisions, c’était dans sa nature. Mais lorsqu’il s’agissait du jeune profane, tout était différent, tout pouvait changer et cela l’effrayait d’autant plus. • Je n’y arrive pas Rhayn… Peut-être qu’il ne m’apprécie pas plus que ça, au fond, et que tout va se régler sans encombre • • Que tu es naïf quand tu t’y mets, tu crois vraiment t’en sortir aussi facilement ? • Non, il n’y croyait pas. Même si il venait à découvrir qu'il ne lui plaisait pas, le jeune profane n’apprécierait sûrement pas d’apprendre qu’il s’était ainsi rapproché de lui, se laissait aller à penser à lui de cette façon, alors qu’il était déjà promis à quelqu’un d’autre. Personne n’aurait aimé que quelqu’un de fiancé, tente quoi que ce soit, quand bien même on ne lui porte pas le moindre intérêt.

Inévitablement, son regard se posa sur Misha. Se pouvait-il qu’il l’apprécie vraiment ? Au point de lui pardonner d’être aussi con ? Le laisserait-il s’approcher rien qu’une fois, dans un désir masochiste de s’éprendre d’un rêve et de croire l’espace d’un instant qu’il pourrait avoir le choix. Parce que si il l’avait eu, il aurait alors tout fait pour que le profane accepte de lui laisser une chance… Mais à présent, son seul choix s’était de profiter de sa présence jusqu’au bout, ou de le laisser vivre avant qu’il ne commette l’erreur de l’apprécier plus qu’il ne leur serait jamais permis. Voilà où ses réflexions l’avaient encore mené ; il ne cessait de ressasser les mêmes idées, revenant toujours au même point sans que cela ne change quoi que ce soit. Tout ce manège devait cesser, c’était absolument ridicule… Et la voix de Misha vint faire pencher la balance comme si elle avait senti qu’il fallait briser ce cercle vicieux sans plus attendre… « Alors... » Attiré par le velouté de cette voix si tentatrice, il posa son regard sur lui et tout disparu. Les doutes, la peur et les bonnes résolutions aussi. Mais tout ça n’avait plus la moindre importance à présent. Misha était à ses côtés, et plus rien d’autres n’était visible. « Il y a donc un bal ce soir ?... » Il connaissait déjà la réponse, n’est-ce pas ? C’était même pour cela qu’il était venu, vêtu de ce noir qui ne le rendait que plus attirant, comme pour mieux le torturer. Pourtant, Noam pensait deviner où il voulait en venir avec une question comme celle-là, ou du moins il espérait vraiment ne pas se tromper… Voulait-il danser ? Non, mieux, voulait-il qu’il l’invite à danser ? Cette idée était bien trop séduisante pour être réelle…
« Tu as hum… un cavalier ? » Un.. quoi ? la surprise dut se lire sur son visage parce que pour être honnête, il ne s’attendait pas à une telle question. Détournant légèrement le visage pour cacher le léger rougissement qui s’emparait de son visage. Cette simple question avait suffi à alimenter son imagination déjà bien trop fertile et il se réjouit que Misha ne puisse pas lire dans ses pensées et y lire qu’il n’avait voulu y aller avec personne, pour une raison vraiment stupide… Il était pire qu’un adolescent en pleine puberté, vraiment. En effet, si il avait refusé la simple idée d’y aller accompagné, prétextant l’indécision, c’était parce que le profane était la seule personne qu’il désirait inviter et il espérait secrètement le croiser ce soir-là sans avoir à s’encombrer de quelqu’un d’autre. Au fond, il aurait regretté d’avoir cédé et accepté d’être venu avec une ou une ami(e) qui aurait incontestablement été de trop. Et puis, il n’avait aucunement l’intention de partager Misha avec qui que ce soit. À présent qu’il pouvait l’avoir un peu pour lui, égoïstement, il ne voulait pas que ce moment s’arrête.

Sans réfléchir, Noam se leva brusquement de sa chaise, comme mue par une volonté étrangère. Puis, quelque peu gêné par sa réaction si soudaine, il esquissa un petit sourire avant de murmurer. « Non, je n’ai pas de cavalier. » Inconsciemment, son regard effleurait la silhouette de Misha de manière qui aurait presque pu paraître indécente si ses pensées avaient été plus visibles. Mais heureusement pour lui, seul Rhayn connaissait le désir brûlant qui coulait dans ses veines et c’était sûrement bien mieux ainsi. Mieux valait garder une telle faiblesse secrète, là où personne ne pourrait jamais la voir… Il se pencha avec nonchalance avant d’ajouter. « Pas encore… » À quoi jouait-il là ? Il voulait que le jeune profane s’enfuît en courant ? Son petit jeu était, dans tous les cas, très risqué et il pouvait y laisser sa chemise. Mais il ne pouvait plus reculer, pas après avoir laissé échapper ces deux petits mots, pourtant si lourds de conséquences. Alors, l’air de rien, il sourit à nouveau avant de jeter un rapide coup d’œil à la piste de danse. Quelques personnes y évoluaient déjà gracieusement, donnant l’impression de flotter dans des gestes subtiles. Et, lorsque son regard se posa à nouveau vers le seul être qu’il désirait inviter, il sentit son assurance battre de l’aile… Il allait refuser, c’était certain. Pourquoi danserait-il avec lui, devant tout le monde ? • Si tu ne lui demandes pas, tu ne seras jamais fixé • • J’ai peut-être pas envie de l’être. • • À d’autre. Tu as peur parce que, quelle que soit l’issue de la soirée, qu’il te rejette ou qu’il accepte, tu en souffriras • Parfois, il aurait aimé que son totem soit moins perspicace, qu’il ne sache pas dévoiler ce qu’il ne voulait pas voir. Pourtant, ces paroles eurent le mérite de le confronter à sa propre lâcheté… Rhayn avait raison, il fallait qu’il soit fixé. L’indécision n’avait jamais rendu la situation plus facile, n’est-ce pas ? Alors à quoi bon attendre, se torturer l’esprit, si tout pouvait se jouer maintenant ? Dans un geste naturel, qui ne trahissait en rien les doutes qui l’assaillaient, il tendit la main vers Misha. « Tu veux danser avec moi ? » Tout dans sa posture, dans l’expression de son visage, respirait la décontraction, comme si il avait fait ça toute sa vie. Et peut-être en effet, avait-il eu une aisance particulière pour agir sans se poser de question. Mais ce soir-là… Derrière la carapace qui l’enveloppait, son cœur tambourinait, protestant contre l’épreuve qu’il s’infligeait. Jamais, il n’avait ressenti ça auparavant, essuyant les refus avec un air taquin qu’il esquissait si naturellement qu'il semblait presque inné. Cependant, toutes ces autres fois, il avait invité des êtres quelconques à lui tenir compagnie, à danser… Quelque soit ce qu’il avait fait avec eux, aucun de ces êtres n’avaient réellement compté, du moins pas de cette manière si douloureuse. Bien sûr, si Misha venait à refuser, il n’insisterait pas, mais la blessure serait inévitable, silencieuse, invisible. Mais il saurait à quoi s’en tenir.
Le temps paraissait figé, cruel. Il prenait un malin plaisir à s’égrener avec lenteur afin de le séparer de la délivrance d’une réponse, augmentant par la même occasion son inquiétude. Et si le jeune homme avait déjà un cavalier ? Une boule se forma dans la gorge de Noam tandis qu’il prenait conscience de sa stupidité. Tout ce temps, il n’avait même pas envisagé la possibilité que le cœur du profane appartienne déjà à un autre. Au fond, il l’aurait mérité, lui-même appartenant déjà à quelqu’un et ce même si il ne pouvait la supporter. Sa fiancée. C’était Misha qui prenait toute la place en lui et pourtant, il méritait de découvrir qu’il était déjà engagé ailleurs. Cette idée lui donnait la nausée et un instant, il faillit flancher, perdre l’équilibre et dévoiler ce qu’il s’évertuait à dissimuler… Sa voix était faible lorsqu’il murmura. « Enfin, peut-être que tu as déjà prévu de danser avec quelqu’un d’autre… » Blessé par ses propres paroles, il garda ensuite le silence, regrettant amèrement de se montrer si confiant alors qu’au fond, il n’en était rien. Par moment, dissimuler sa méfiance et ses faiblesses n’apportait rien de bon. Peut-être même cela le desservirait-il, donnant l’impression que tout ceci n’était qu’une invitation parmi tant d’autre. Alors qu’en réalité, il était suspendu à ses lèvres et les mots que prononceraient le jeune homme pourraient tout aussi bien l’apaiser que le blesser profondément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Misha A. Denvers

Profane
un jour je serai cannibale.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 93
â g e : 25
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Nobody
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Mer 6 Oct - 16:32

Suspendu aux lèvres de Noam, Misha attendait. Comme un con, mais il attendait. Il venait de s’engloutir deux galettes aux fromages d’un coup han ! Il fallait vraiment qu’il se stoppe. Il se sentait tellement, mal, c’était pas le moment de se remplir le bide alors qu’il était au bord de la gerbe. Hm, charmant.
Il sursauta en le voyant se lever brusquement, ne s’attendant pas à une telle réaction et ne le quitta plus des yeux dès lors qu’il posa son regard sur lui, sur sa silhouette si attirante, sur ses courbes gracieuses… L’effleurer, juste l’effleurer encore une fois… A force d’être habitué à grappiller la moindre chose avec lui, le moindre touché, collectionnant les petites attentions mais sachant pertinemment qu’il n’aurait jamais droit à plus, il en était devenu dépendant. Il en avait besoin, de ce contact, besoin comme si sa vie était en jeu ! Et son imagination lui offrait déjà la terrible vision de ses lèvres contre les siennes, parcourant ensuite sa peau. Il en frissonnait et en tremblait intérieurement, toute son âme secouée d’un spasme de désir si intense qu’il en restait hébété. « Non, je n’ai pas de cavalier. » Le cœur du profane s’emballa à ces quelques mots. Mon dieu, non. C’était trop beau pour être vrai. A coup sur l’histoire allait mal tournée, du genre : ça te dit qu’on en cherche un ensemble ? Et Misha ne danserait pas, car bien sur il était hors de question qu’il danse avec quelqu’un d’autre que… Noam… Ce nom sonnait si doux dans son esprit, il ne cessait de se le répéter, comme pour se bercer, pour se rassurer, pour ce dire qu’au moins, il avait ce prénom auquel se raccrocher, lorsque tout allait mal… Noam… Il le vit se pencher et nota absolument tout, jusqu’au plus petit frémissement de sa pomme d’adam si alléchante, qu’il avait envie de mordiller. « Pas encore… » Pas encore ? Pas encore !? PAS ENCORE ?!? Oula… pitié, arrêtes. Misha l’aurait supplié s’il l’avait put. Ne pas lui donner autant d’espoir, il n’avait plus qu’une envie, lui sauter dessus, l’embrasser jusqu’à ce que le souffle lui manque et qu’il doive stopper sous peine de mourir étrangler. Non… ! C’était dit, dès qu’il rentrerait il s’arracherait le cœur. Ça causait vraiment trop de problèmes ces machins là, c’était de la bidouillerie merdique qui faisait plus de mal que de bien au corps humain. Voilà qu’à présent il avait froid ! Il tremblait presque, ses ongles tiraient légèrement sur le violet… mais son front restait bouillant, et il brûlait intérieurement. Noam le mettait dans un tel état… c’était risible…Franchement, pathétique quoi, pitoyable… Qu’on appelle la SPA pour embarquer cet animal mort d’amour et hyperactif !
Misha parvint tant bien que mal à lui rendre son sourire, mais il avait l’impression que les mécanismes de sa mâchoire avaient rouillé et grinçaient… C’était désagréable, tellement horrible de faire semblant… d’être à l’aise, d’être normal, intégré à cette salle, alors qu’il était tout sauf à l’aise et tout sauf intégré. Au contraire, il était tellement sous pression que parfois des points noirs venaient gâchés sa vision, et toute son attention était tournée vers Noam, le faisant oublier toute notion de prudence. Seul n’existait plus que l’élève de Terre, le seul, l’unique. « Tu veux danser avec moi ? »
Pardon ?
Non attendez, je le refais. QUOIII ?!?!? Il avait loupé le geste. Noam venait de lui tendre la main et avait posé la… le… ce truc là… cette…
Voulait-il danser avec lui ?
Ouai je sais, c’est une question. Donc qui dit question dit …. Aller, un petit effort, je sais que vous en êtes capables. Réponse ! Bordel. Mais oui, bien sur qu’il voulait. Mais il était tellement sous le choc, tellement sur le cul, tellement inondé de bonheur qu’ouvrir la bouche n’aurait présentement servir à rien. Il aurait à peine réussi à articuler une syllabe alors si c’était pour passer pour un con, autant la garder close. La vache.
Il venait de lui demander ça.
Il devait vraiment avoir pitié de lui.
Ou alors c’était qu’il cachait très mal ses sentiments.
Et que Noam voulait le tester.
Ou alors qu’il n’avait trouvé personne d’autre.
Ou qu’il voulait vraiment danser avec lui.
Mais s’il voulait vraiment danser avec lui.
C’était qu’il l’appréciait ?
Il l’appréciait vraiment ?
Vrai de vrai ?
Oh damn…
Misha perdait toute notion du temps à mesure qu’il essayait de formuler clairement ses pensées, essayant de résister à la tentation de l’embrasser, de l’enlacer, de se jeter à ses pieds, et se serrer contre lui jusqu’à sentir leurs corps fusionner… fusionnels.
Noam, oui je veux danser avec toi, en fait vois-tu je suis venu ici ce soir dans le seul but de danser avec toi, je suis venu dans le seul espoir de te croiser, même 2 minutes d’une discussion insensé avec toi m’aurait suffit, parce que tant que je te croise, je suis heureux. Alors danser avec toi… je risque de mourir d’un arrêt cardiaque pendant la soirée mais OUI MY GOD JE VEUX !
Mais rien de tout cela ne sortit de ses lèvres, car déjà l’élève parlait à nouveau.« Enfin, peut-être que tu as déjà prévu de danser avec quelqu’un d’autre…»
Quelle stupidité ! S’il avait sut.
Il était vraiment grand temps de réparer cette erreur. Alors se levant à son tour Misha adressa à Noam un sourire timide, puisqu’il n’était pas capable de mieux et acquiesça. Sur la piste se déhanchait déjà plusieurs couples, ensembles, ils passeraient inaperçu. Il ne risquait rien avec Noam… vraiment rien… « J’aurais surement l’air moins louche à danser (a) » Sussura t’il du bout des lèvres alors que son sourire s’élargissait, à mesure qu’il reprenait contact avec la réalité. Il prit la main que Noam lui avait tendu et la serra un peu. C’était la première fois qu’il lui prenait la main, la première fois qu’il le touchait ainsi d’une telle manière et son cœur était au bord de l’explosion, de l’auto destruction, de l’éjectage automatique hors de sa poitrine. Bon sang, il allait danser avec Noam.
Devançant ce dernier il le tira à sa suite vers la piste de danse, soudain empli d’une fureur joyeuse incontrôlable et posa la main de l’élève qu’il tenait sur sa taille, s’empara de la deuxième pour la placer de l’autre côté pour ensuite enlacer avec langueur la nuque de son cavalier, peinant à cacher les rougeurs qui étaient apparues sur ses joues. « Par contre hum… » Il baissa son regard pour fixer ses chaussures, un peu gêné. Car oui voyez vous, c’était la première fois que moâsieur allait danser pour cause d’équilibre de merde et de jambes traitresses, et il angoissait un peu… Il avait peur de tomber, peur de perdre l’équilibre. Il allait devoir se concentrer, pouvait-il y parvenir ? Si Noam l’aidait…« Je te fais confiance…je sais pas danser. » Hors la présence de Noam ne l’aidait nullement à garder les pensées claires. Il releva les yeux pour les plonger dans ceux de son partenaire. Il avait voulu danser avec lui. Misha n’en revenait toujours pas… Il était tellement beau…. Encore plus vu de prêt… omg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

________________________
Noam A. Harrows

Elève Terre
j'apprends à faire pousser des roses.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

s e x e : Masculin
m e s s a g e s : 180
â g e : 28
t o u r : Terre
t o t e m : Panda roux
a n n é e : Cinquième
a r r i v é e : 06/09/2010

i d e n t i t é
a b s o l u : Ça sera lui, ou rien.
r e l a t i o n s :
p o p u l a r i t é :
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   Jeu 14 Oct - 13:13

Que quelqu’un mette fin à cet enfer… Le silence de Misha ne pouvait signifier que deux choses. Soit il ne savait pas comme lui dire qu’il avait d’autres projets, soit il était trop surpris pour répondre. Dans les deux cas, Noam avait le sentiment que cela n’augurait rien de bon pour lui. Qu’est-ce qu’il lui avait pris hein ? Demander au jeune homme de danser avec lui. Pourtant, il savait depuis le début qu’un refus serait difficile à avaler, alors pourquoi avait-il tenté le diable de cette façon alors que le jeune profane ne lui avait envoyé aucun signal qui aurait pu lui laisser croire qu’il désirait être son cavalier ? • Crois-moi, Noam, tu devrais cesser l’auto-flagellation, ça te va plutôt mal si tu veux mon avis • • Non je ne tiens pas vraiment à avoir ton avis justement • Autant dire qu’il n’était pas d’humeur à supporter le jugement de son totem, aussi sage soit-il. Lorsqu’il s’agissait de sentiments, la sagesse n’avait plus sa place. Malgré lui, il ne parvenait pas à quitter Misha des yeux, l’observant comme si sa vie en dépendait alors que chaque seconde de silence supplémentaire était un véritable supplice… Le jeune homme lui offrit un sourire timide. Oh mon dieu… Était-ce une manière de s’excuser avant de refuser ? Son sang se glaça dans ses veines alors qu’il tentait vainement de garder une contenance. Cependant, il était de plus en plus difficile pour lui de conserver son apparence désinvolte alors qu’intérieurement il s’effondrait comme un château de cartes. Et finalement la sentence finit par tomber… « J’aurais surement l’air moins louche à danser (a) » Surpris, Noam ne sut quoi réponde à ça. Cela signifiait-il qu’il désirait danser avec lui ou acceptait-il seulement parce que cela lui offrait une meilleure couverture ? Perdu, l’élève de la terre n’osait plus prononcer le moindre mot, ne souhaitant paraître ni désespéré, ni insistant. Mais au fond, cette réponse le décevait un peu, il avait espéré avoir un indice aussi insignifiant soit-il, qui aurait pu lui laisser entendre qu’il l’appréciait au moins un peu, ou au contraire qu’il regrettait déjà d’être venu au bal des gardiens. Cependant, peut-être devait-il se sentir déjà heureux de ne pas avoir essuyé un refus et cela même si les propos de Misha ne lui apportaient aucune réponse. Après tout, il n’était pas vraiment libre et par conséquent, même si le jeune homme s’intéressait à lui, il ne devait pas l’y encourager… Du moins, c’était ce que le bon sens lui dictait mais Noam avait le plus grand mal à écouter sa propre conscience ces derniers temps. En particulier lorsque celui qui hantait ses pensées se trouvait à proximité.. comme ce soir.

Délicatement, la main de Misha répondit enfin à la sienne, la serrant légèrement. A ce contact pourtant si anodin, son cœur se gonfla soudain d’une douce chaleur alors qu’il réalisait qu’il ne lui avait jamais tenu la main et c’était si agréable de pouvoir enfin le faire qu’il sentit ses doutes s’envoler l’espace d’une instant. Qu’importe les barrières qui pouvaient encore l’éloigner de ce qu’il désirait, il voulait goûter à chaque petite victoire, même si tout pouvait s’arrêter si brusquement, si cruellement… Contre toute attente, ce fut Misha qui le guida jusqu’à la piste de danse et non le contraire et pour être honnête, ce détail n’était pas pour déplaire à Noam, qui prenait un plaisir certain à le suivre ainsi. En effet, en fermant les yeux, il aurait pu croire que le jeune profane était également heureux de partager cet instant avec lui. D’ailleurs, il ne s’arrêta pas là et continuant à prendre des initiatives, il prit les mains de l’apprenti gardien afin de les poser sur sa taille alors que ce dernier se laissait faire, le cœur battant. Il aimait sentir la chaleur de ses hanches sous sa paume et il s’imaginait caresser cette même peau, sans que les vêtements ne viennent l’entraver. Cette pensée lui teinta légèrement les joues tandis que son cavalier entourait sa nuque avec grâce. « Par contre hum… » Suspendu à ses lèvres, Noam priait pour qu’il ne décide pas de se rétracter. Pas maintenant, par pitié… ce serait bien trop cruel de lui avoir fait miroiter un tel plaisir avant de le lui retirer brusquement. La crainte de voir son angoisse se réaliser lui nouait la gorge, l’empêchant de demander des détails alors qu’il espérait que ce dernier les lui donnerait sans qu’il n’est besoin de les réclamer. Et heureusement, le supplice ne dura pas bien longtemps… « Je te fais confiance…je sais pas danser. » Et c’est tout ? Mais ce n’était pas vraiment un problème ça. Du moins, pas aux yeux de Noam qui était plus que qualifié pour le guider. En effet, depuis son adoption, il avait écumé les cours de danse et les bals qui réunissaient les plus grandes fortunes d’Europe. Alors il se sentait capable de le guider et puis au fond, même si la danse n’était pas parfaite, cela n’avait pas la moindre importance. La seule chose qui importait, c’était de le tenir dans ses bras de cette façon. Bien sûr, Misha n’était sûrement pas du même avis, mais égoïstement l’élève de la terre ne pouvait se concentrer sur autre chose que sur la proximité de leur deux corps.

Cependant, il devait se réveiller et se rappeler que ce bonheur était éphémère et que rapidement le profane réaliserait qu’il n’aurait pas dû s’approcher autant de lui. Alors, il fallait qu’il se concentre et qu’il soit le cavalier qu’il aurait toujours voulu être, spécialement pour le jeune homme. Parce qu’auparavant, il n’avait jamais été attiré à ce point par qui que ce soir. Certes, comme tout le monde, il avait cru être amoureux, mais le trouble qui l’envahissait à présent, faisant vibrer son corps avant de lui transpercer le cœur… Oui, cette sensation-là le dépassait complètement. Etait-ce l’interdit qui le secouait à ce point ou y avait-il autre chose ? Quelque soit la réponse, il était certain que Misha avait beaucoup d’importance pour lui et cela ne lui rendait pas la tache aisée, bien au contraire… Mais il se faisait un point d’honneur à ne pas le dévoiler. « Ce n’est pas grave, je vais te guider, j’ai des années de danse derrière moi. » Sur ces mots, il esquissa le premier pas, glissant avec aisance sur le parquet de la piste de danse. Néanmoins, conscient de la difficulté de la tâche, il tenait ferment le jeune homme à l’affût de la moindre erreur afin de l’aider au mieux. Certes, il avait l’habitude, il avait exécuté tous ces gestes des milliers de fois. Pourtant, ce soir-là, tout lui semblait étrangement nouveau. Pas seulement parce qu’il n’avait dansé qu’avec des filles auparavant mais surtout parce qu’il ne s’agissait pas de n’importe quel jeune homme… c’était Misha. Et croyez-moi, cela changeait tout. Absolument tout. À vrai dire, il ne se souvenait pas quand il avait été aussi nerveux mais quoi qu’il en soit, il priait pour que le jeune profane ne remarque rien et qu’il ne se laisse guider que par ses gestes fluides qu’il connaissait par cœur. À cet instant, il félicitait la gouvernante qui l’avait poussée à s’appliquer à chaque cours de danse, bien qu’elle pensait que cela ferait de lui un cavalier idéal sa future fiancée alors qu’au final, cette dernière n’en profiterait jamais, puisqu’il préférait largement réserver ses talents pour celui qu’il aimait.

Lentement, l’une de ses mains dériva sur la taille de Misha, lui caressant le creux des reins puis le dos avant de retourner sur cette hanche qui laissait entrevoir la beauté de ce corps qu’il rêvait de découvrir, de parcourir avec l’assiduité d’un amant. Rapprochant davantage leurs corps, sous prétexte de prévenir la moindre chute, il s’enivra de la chaleur qui glissait de son corps vers le sien, même à travers leurs vêtements. L’entraînant doucement dans une danse légère et langoureuse, il se pencha légèrement afin de murmurer au creux de son oreille. « Alors Misha, est-ce que tu aimes danser... avec moi ? » Ne croyant pas lui-même à l’audace de sa question, son visage se teinta discrètement sous la gêne alors qu’il lui adressait un sourire amusé qui transpirait une assurance qui l’avait pourtant désertée depuis longtemps. À présent, là, tout contre Misha, il n’était plus qu’un enfant, mis à nu. C’était à la fois apaisant et effrayant… Que se passerait-il ensuite ? Lorsqu’il serait brusquement happé dans un douloureux retour à la réalité ? À vrai dire, il ne voulait même pas y penser, préférant se laisser bercer par la douce torpeur de la musique. Cet instant, même si il devait être éphémère, était si beau qu’il ne voulait pas en perdre une miette… Chaque souvenir devait être gravé en lui, de la douce fragrance du parfum son cavalier, au bleu de ses yeux si profonds… Il voulait pouvoir redessiner la scène dans son esprit encore et encore, jusqu’à si noyer. Alors qu’il savourait ce moment d’éternité, ses pas suivaient d’eux-mêmes la musique, comme si ils étaient mus par une volonté propres. L’harmonie de ses mouvements si gracieux, parvenait presque à compenser la maladresse de son cavalier. Pourtant, Noam trouvait ça si mignon qu’il devait lutter pour ne pas parcourir la maigre distance qui séparait à présent leurs lèvres. Il avait tellement envie de les goûter que ça en était presque douloureux… Juste une fois... deviner le velouté de leur toucher et en prendre soin avec une prévenance presque sacré. Bon sang ! Il devait se ressaisir avant de faire un faux-pas qui lui coûterait certainement très cher. Alors afin de couper court à ses divagations, il engagea à nouveau la discussion sans avoir laissé le temps à son partenaire de reprendre ses esprits. « Puisque tu ne sais pas danser… Est-ce que cela veut dire que… je suis ton premier cavalier ? » Non décidément, c’était pire lorsqu’il décidait d’ouvrir la bouche… Au moins, lorsqu’il délirait sur les lèvres ou le corps du jeune homme, ce dernier ne pouvait pas l’entendre, mai là… ? Ces deux questions avaient quelque chose de louche, non ? N’aidaient-elles pas son jeune ami à comprendre qu’il espérait vraiment lui plaire, voire même être unique à ses yeux ? C’était vraiment pathétique. Alors afin de masquer sa gêne, il se concentra à nouveau sur la danse, accompagnant chaque mouvement de façon plus sensuelle, évitant de croiser le regard de Misha, effrayé à l’idée de ce qu’il pourrait y lire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


________________________
Contenu sponsorisé


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


MessageSujet: Re: ♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.   

Revenir en haut Aller en bas
 

♣ BANQUET DE DEBUT D'ANNEE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bewitching ; la tentation du feu. :: Bewitching vous ouvre ses portes. :: Le Bâtiment principal. :: Salle de bal.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com